Tu ne diras pas ton nom

« Tu ne diras pas ton nom », c’est le titre que Monique Poillot a donné au livre qu’elle vient de terminer.

Monique Poillot-Rubinsztein a voulu coucher sur papier ses souvenirs de petite fille juive, cachée à Brûlon pendant la guerre. En 2014, elle est parvenue à obtenir pour le couple Léon et Hortense Coudreuse qui l’a cachée, le titre de Justes parmi les Nations, à titre posthume.

Depuis de nombreuses années, Monique Poillot tient un journal intime.

« Ma fille m’a proposé de le saisir sur l’ordinateur ». Elle aime écrire. « Je vais à l’atelier d’écriture à Paris depuis 2002 ».

Elle a aussi une très bonne mémoire. Monique Poillot décide d’écrire sa vie. « Au départ, c’était pour mon fils ; je voulais qu’il sache exactement ce qu’on avait vécu, comment j’ai survécu. Qu’il ait le souvenir de son grand père qui a été déporté, pour qu’il ne soit pas oublié. On a souffert uniquement parce qu’on était juif ». Elle y retrace sa vie, celle de sa famille. Elle revient sur ses années cachées à Brûlon.

 

 

Télécharger: dos-livre.jpg (491,9 KB)