Actualités

Cérémonie en l'honneur d'une Juste parmi les Nations à Barroux

dimanche 16 octobre 2016

Madame Psaltis, fille de madame Godrie, entourée de sa famille et d’Olivier Fouillet Personnalités civiles et militaires, élus, porte-drapeaux, présidents d’associations mémorielles, sympathisants et amis étaient réunis ce samedi matin 1er octobre au monument aux morts de Barroux autour des descendants de Marie Lucile GODRIE : ils avaient répondu à l’invitation rédigée conjointement par le Comité Yad Vashem, représenté par François GUGUENHEIM et par la mairie d’Airvault, représentée par Olivier FOUILLET.

En effet, depuis le mois de mars dernier, date d'une rencontre particulièrement constructive entre la famille et Olivier FOUILLET qui venait de prendre connaissance officiellement de ses souhaits, il avait été convenu qu’une commémoration officielle aurait lieu localement en l’honneur de Lucile Marie GODRIE, nommé Juste parmi les Nations le 22 mars 2011.

Plusieurs mois de préparation ont été nécessaires pour que cette cérémonie pleine de respect, d’émotion et de rappels historiques prenne toute sa mesure. Plutôt que le nom d’une rue, le souvenir de madame GODRIE sera inscrit durablement sur une stèle dans l’enclos du Monument aux morts.

Les allocutions du Maire d’Airvault, celle de François GUGUENHEIM, la lecture de témoignages d’une jeune fille juive ont insisté sur le rôle essentiel qu’ont joué les Justes parmi les Nations pendant un des pires moments de l’Histoire du XXe siècle ; le courage, la résistance, l’humanité de madame GODRIE ont été rappelés et portés en exemple à l’adresse des jeunes générations afin qu’elles puissent choisir entre honneur et déshonneur, clarté et obscurantisme.

Le rappel de ces valeurs et l’attention portée à l’une des leurs est un véritable honneur pour les habitants du Grand Airvault dont s’est réjoui Olivier FOUILLET, à l’initiative de cet événement qui restera gravé dans les mémoires.

 

Lire la suite

Barroux-À la mémoire de Lucile Huteau-Godrie, Juste parmi les Nations

samedi 15 octobre 2016

Du 01/10/2016

 

 

 

 

 

Luce Godrie-Psaltis, avec ses enfants Frédéric et Élisabeth. Photo Le Courrier de l'Ouest

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lucile Huteau-Godrie a caché sous son toit une famille juive. Elle a été reconnue Juste parmi les Nations et une plaque en son honneur a été dévoilée hier, à Barroux.

En mars, la municipalité avait refusé que son nom soit celui d’une rue. Hier, une plaque commémorative a tout de même été dévoilée, à côté du monument aux Morts de Barroux, en l’honneur de Lucile Huteau-Godrie, née dans le village en 1894 et déclarée Juste parmi les Nations en 2011, à titre posthume.

En février 1943, Lucile Huteau-Godrie avait accueilli chez elle, à Niort, la famille Bondenheimer. De confession juive, le couple et ses deux enfants avaient échappé à la rafle du Vel d’Hiv (juillet 1942). « Ma mère participait à des réunions avec d’autres familles chrétiennes, se souvient Luce Godrie-Psaltis, 91 ans. Elle n’a pas hésité, elle a dit oui tout de suite pour cacher une famille. »

 François Guguenheim, vice-président du comité français pour Yad Vashem, a souligné que « dire non à l’innommable est source d’avenir. C’était valable hier, ça l’est encore aujourd’hui. Nous inaugurons un monument qui va perdurer dans le temps et il est fondamental pour nous que la population, nos enfants et descendants, sachent que des héros ont su dire non aux nazis, se sont dressés contre des politiques. »

Lire la suite

CHEILLY-LÈS-MARANGES : Remise de la médaille des Justes à Anne-Marie Phal

mercredi 12 octobre 2016

Du 18/09/2016

 

 

 

 

Cérémonie très émouvante pour un évènement exceptionnel ce dimanche matin à Cheilly-lès-Maranges. En effet, Monsieur Ido Bromberg, Directeur des relations publiques à l’ambassade d’Israël en France remettait à titre posthume la médaille des Justes parmi les Nations à Madame Anne-Marie Phal, représentée par son arrière-petit-neveu Monsieur Jean-Marc Pouleau.
En février 1943, quatre enfants juifs arrivent au village de Cheilly grâce à l’action de Jean Ménagé. Parmi eux, Rachel Schmelz et son frère, dont les parents ont été déportés à Auschwitz. La petite Rachel a alors cinq ans et elle est recueillie par Anne-Marie Phal (la « Nainaine » comme l’appelait sa famille), tandis que son frère est hébergé dans la famille Bourgeon. Rachel est traitée comme les autres enfants de la famille et fréquente l’école du village. Après la guerre, elle partira avec son frère Jacques au Canada mais restera en contact avec la famille qui l’a sauvée d’une mort certaine.

Pour ces faits, le 25 août 2015, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Anne-Marie Phal. Et ce matin, lors de la cérémonie de remise du diplôme et de la médaille, c’est ce geste humain, cette empathie, ce comportement adopté par « une personne ordinaire dans un contexte extraordinaire » qui étaient mis à l’honneur en présence du fils de Rachel Schmelz et de ses enfants ainsi que de sa petite-cousine et devant plusieurs personnalités politiques mais aussi des représentants de tous les cultes, symbole fort -et nécessaire dans le contexte actuel- de fraternité.

Après une interprétation de la chanson « Nuit et Brouillard » de Jean Ferrat, c’est Marc Labulle, maire de Cheilly, qui prenait la parole, suivi par Arielle Krief, déléguée du Comité Français pour Yad Vashem. Ce fut ensuite au tour de Floralove Katz, petite-cousine de Madame Schmelz et qui avait fait le déplacement depuis Ottawa au Canada où elle réside, de prononcer une allocution poignante, pleine de sincérité et d’émotion. Puis, venait le moment pour Ido Bromberg, après un bref discours, de remettre la médaille et le diplôme de Juste parmi les Nations, à Jean-Marc Pouleau qui représentait toute la famille d’Anne-Marie Phal.
Monsieur Pouleau a, lors de son discours, fait part de l’intention de la famille de ne pas garder le diplôme mais de le donner à la commune de Cheilly car, comme cela a été rappelé à plusieurs reprises lors de la cérémonie, si Anne-Marie Phal avait contribué à sauver la petite Rachel en l’hébergeant, tout le village le savait et personne ne les avait dénoncées. C’est cette solidarité que n’a pas manqué de souligner Monsieur Éric Boucourt, sous-préfet d’Autun, utilisant ces faits passés pour rappeler à l’assistance sa responsabilité face au présent. Puis Marc Labulle a exprimé les remerciements de la commune à Monsieur Pouleau, assurant que le diplôme se trouverait en bonne place dans la salle du conseil municipal. La cérémonie s’est terminée par l’interprétation de deux hymnes, Adama Hatikva et La Marseillaise, avant que chacun se retrouve autour du traditionnel verre de l’amitié.

Lire la suite

L'hommage à un couple de Périgourdins qui avait recueilli deux enfants juifs pendant la guerre

mercredi 12 octobre 2016

Du 18/09/2016

 

 

 

 

 

© France 3 Aquitaine Enfants, Liliane et Jean Wecksler avaient été confiés aux Lamargie pendant la guerre.
L'institut Yad Vashem a décoré, à titre posthume, un couple de périgourdins, Les Lamargie. Ils avaient fait passer deux enfants juifs pour leurs propres enfants pendant l'occupation allemande. C'est leur fille adoptive qui a reçu la décoration ce dimanche dans le village de Sorges. 

Abraham Wecksler, artisan fourreur d'origine polonaise, quitte Paris avec sa femme et ses deux enfants pendant l’exode de 1940. La famille se réfugie en Dordogne à Thiviers. Leur fille, Liliane, est alors âgée de 7 ans, leur fils, Jean de 3 ans.  

Les enfants Wecksler sont confiés aux Lamargie qui habitent le village de Sorges, à quelques kilomètres de Thiviers. Jean Lamargie est plombier zingueur. Blessé lors de la Première guerre mondiale, il ne travaille pratiquement plus. Son épouse Rachel est sans profession. Ils ont élevé les enfants Weckler comme s’ils avaient été leurs propres enfants. Et ils les ont inscrits sous leur nom à l’école de Sorges. Les habitants étaient tous au courant de leur existence et aucun ne les a dénoncés.  Liliane et Jean resteront chez les Lamargie jusqu’à la Libération. Pour des raisons de sécurité, leurs parents ne les ont quasiment pas vus pendant cette période.

"Car Abraham Wecksler a été un résistant actif dans les réseaux en Dordogne. Sa connaissance de la langue allemande a été très utile pour renseigner le réseau et interroger les Allemands faits prisonniers par la Résistance. Suite à une dénonciation, Abraham a été arrêté en 1943 et sévèrement torturé par la Gestapo, mais a réussi à leur échapper. Irène a également participé à la Résistance" rapporte le comité français pour Yad Vashem. 

A la Libération les parents Wecksler ont récupéré leurs enfants et la famille a retrouvé son appartement à Paris. Ils sont restés en contact avec Madame Lamargie, devenue veuve en 1946, bien après la période de la guerre. Et Rachel Lamargie est venue à Paris assister au mariage de Liliane Wecksler.

Le 26 mai 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Jean Lamargie et à son épouse Madame Rachel Lamargie.

Présents à l'hommage rendu au couple, Liliane et Jean Wecksler témoignent de l'amour qu'ils ont reçu en Dordogne.
Hélène Chauwin
Lire la suite

Marcq-en-barœul Une plaque en l’honneur de l’abbé Stahl, sauveur d’enfants juifs

vendredi 7 octobre 2016

Du 14/09/2016

 

 

 

 

la plaque a été dévoilée par des Éclaireuses et Éclaireurs de France Dimanche, sous le porche d’entrée de l’association marcquoise SPReNe (Société de protection et de réinsertion du Nord), une plaque commémorative en mémoire de l’abbé Robert Stalh a été dévoilée.

Cette plaque a été offerte par l’association cultuelle israélite de Lille (présidée par Guy Bensoussan) en remerciement à l’homme qui a caché dans les foyers de son association lors de la rafle de septembre 1942 des enfants juifs. Cette demande émane de plusieurs de ses membres dont la vie a été sauvée par l’action de l’abbé Stahl, notamment Edgar Leser et David Bugajski.

Le président de la SPReNe, Ronan Lagadec, a précisé : «  Cette plaque n’est pas la première. Une plaque en son honneur a déjà été posée dans l’allée des Justes parmi les Nations près de Tel-Aviv au pied d’un arbre que l’abbé planta lui-même en 1967.  »

Contre l’avis de sa hiérarchie

Il y a 74 ans, le pasteur Nick (protestant) et Léo Leser (responsable du comité clandestin local d’aide aux juifs) ne pouvant garder tous les enfants (extraits de la gare de Lille lors de la rafle de septembre 1942 principalement par des cheminots), font appel à l’évêché de la ville mais leur demande est rejetée. Léo Leser va alors solliciter l’abbé Robert Stalh qui dirige la Société de protection des enfants moralement abandonnés (aujourd’hui SPReNe). Celui-ci, contre l’avis de sa hiérarchie, décide d’accueillir 

une vingtaine d’enfants juifs et les deux enfants de Léo Leser (Edgar et Charles-Henri).

Né en 1893, Robert Stahl est avocat au barreau de Lille et devient secrétaire général de la Société de patronage des enfants moralement abandonnés en 1926. Il entre au séminaire et en ressort prêtre en 1933.

« L’abbé Stahl nous a légué une éthique : celle de ne jamais renoncer et de toujours rester fidèle aux valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. »

De nombreuses personnalités ont été conviées à la cérémonie, comme le maire de Marcq, Bernard Gérard. Lors de la cérémonie, l’élu a rappelé que «  peu peuvent s’enorgueillir d’être reconnu Juste parmi les Nations. L’abbé Stahl fut de ceux-là. Il est indissociable de l’histoire de Marcq et de la SPReNe. En dévoilant cette plaque, nous voulons transmettre un message de paix  ».

Le maire, Bernard Gérard, a estimé également que «  l’abbé Stahl nous a légué une éthique : celle de ne jamais renoncer et de toujours rester fidèle aux valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité ; des valeurs encore trop souvent aujourd’hui mises en danger  ».

MARYSE CASTELEYN


Lire la suite

Marie Phal « Juste parmi les Nations »

lundi 26 septembre 2016

Du 19/09/2016

 

 

 

Dimanche dernier, une commération pleine d’émotion a reconnu officiellement Marie Phal comme « Juste parmi les Nations ».

 

Par courrier officiel en date du 13 décembre 2015, le comité Yad Vashem, reconnaît officiellement Anne Marie Phal « Juste parmi les Nations » puisque durant l’occupation Nazie, elle a hébergé une petite juive Rachel Schmeiz et l’a considérée comme sa fille à partir de février 1943.

Après que Floralore Katz ait relaté l’histoire de son arrière-grand-tante Rachel, le nouveau sous préfet d’Autun Eric Boucourt préféra orienter son intervention en évoquant les héros ordinaires, telle « la Mémaine » comme l’appelaient amicalement ses neveux, confrontés à des circonstances extraordinaires. « En faisant entrer cette femme ordinaire, une héroïne du quotidien dans ce cercle très fermé des « Justes », le comité Yad Vashem fait entrer Anne Marie Phal dans la grande Histoire  » poursuit le représentant de l’État.

Après son départ de Cheilly, Rachel a entretenu le contact pendant quelques années et les relations se sont ensuite estompées et les 2 femmes ne se sont plus jamais revues. À présent, son nom sera inscrit sur le Monument de Jérusalem et fait partie de la liste des 32 personnes reconnues dans le département de Saône-et-Loire A la suite de la réception à titre posthume du Diplôme et de la médaille commémorative par le représentant de l’ambassade d’Israël, Jean Pierre Poulleau au nom de tous les neveux de Anne Phal, confia ceux-ci à Marc Labulle, Maire qui en sera le garant pour la postérité.

 

Lire la suite