Actualités

Sœur Louise, une «Juste parmi les nations»

mercredi 27 avril 2016

Du 24/01/2016

 

 

 

 

Edmond Martin, écrivain et historien./ Photo DDM, K. C.
A titre posthume, Yad Vashem, le mémorial central de la shoah à Israël, a accordé le titre de Juste parmi les nations à Sœur Louise. C'est par courrier qu'Edmond Martin, écrivain et historien de Lévignac et auteur du dossier, a été averti dans le courant du dernier trimestre 2015. Il revient sur la découverte de cette histoire.

Comment avez-vous découvert cette histoire ?

Je travaillais sur mon livre de témoignages lorsque Corinne-Sophie Batteux, la responsable de la médiathèque m'a fait part d'un email d'un certain Henri Bernard recherchant des anciens de l'orphelinat des filles de la charité, appelé aussi Maison d'accueil Saint Vincent. De son vrai nom Henri Wajncwajg transformé en Weinzweig, il s'est retrouvé en 1941 à l'orphelinat à la demande de ses parents afin de lui sauver la vie. C'est la Sœur Louise, de son vrai nom Gabrielle Sourguens, qui accueillait les enfants juifs.

Qu'avez-vous découvert ?

Les enfants juifs vivaient au milieu des orphelins. Les parents signaient une décharge pour donner l'autorité parentale et la garde de leur enfant à l'archevêque de Toulouse.

Vous avez enquêté longtemps pour monter un dossier pour la reconnaissance de la Sœur Louise comme Juste. Comment cela s'est-il passé ?

Cela a pris presque 2 ans. Les registres ne m'ont pas beaucoup aidé car il ne pouvait pas mentionner le vrai nom de ces enfants. J'ai donc rencontré de multiples personnes qui m'ont donné parfois un nom, une ville… ce fut long mais j'ai finalement retrouvé deux autres enfants juifs, en plus d'Henri Bernard, Lucien Prezes et Serge Potock. Avec ces témoignages, j'ai pu constituer le dossier mais il a fallu aussi que je prouve que la Sœur Louise avait pris des risques. Tel fut bien le cas puisqu'elle fut arrêtée par la Gestapo. Aucune information n'est jamais sortie de l'orphelinat, les Lévignacais devaient savoir mais personne n'en a jamais rien dit.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Une cérémonie devrait être organisée courant 2 016 pour remettre la médaille et le certificat d'honneur à titre posthume aux descendants de la Sœur Louise.


Lire la suite

500 lyceens italiens au Camp des Milles

mercredi 27 avril 2016

Du 22/04/2016

 

 

 

 

 

"Ces mercredi 20 et jeudi 21 avril, 500 élèves italiens de la province de Crémone (Italie du Nord) se sont rendus au Site-mémorial du Camp des Milles dans le cadre d’un « Voyage de la mémoire » leur permettant de découvrir sur trois ans des lieux incontournables de l’histoire de l’Europe et de comprendre les événements politiques et historiques qui menèrent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.
Les élèves ont été particulièrement sensibles à la dimension citoyenne du parcours de visite qui présente les mécanismes sociétaux et individuels – racismes, antisémitisme, xénophobie, extrémismes – ayant mené, comme le montre l’histoire du lieu, et pouvant encore mener au pire, ainsi que la capacité de chacun à y résister.
Ces deux journées ont été l’occasion pour les élèves de commémorer le souvenir des victimes de cette barbarie lors d’une cérémonie devant le Wagon du Souvenir. Des représentants de l’Etat français et du maire d’Aix-en-Provence, le Consul général d’Italie ainsi que les maires de Crémone et Créma ont ainsi pu assister à la présentation du travail pédagogique des élèves.

Un temps de recueillement avec la lecture des noms des enfants juifs déportés du Camp des Milles et des « Justes parmi les Nations » a permis de se souvenir de l’horreur de l’histoire mais aussi des actes de courage et de résistance d’hommes et de femmes qui ont écouté leur cœur et leur courage.

A l’issue de cette cérémonie, un violon fabriqué dans les ateliers « A. Stradivari » de Crémone a été remis à la Fondation du Camp des Milles rendant ainsi hommage aux victimes du « camp des artistes » et à leur résistance par la création...."

Lire la suite

Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, prince héritier de Monaco, reçoit le Prix « Friend of Zion » des mains de Shimon Peres, 9e Président d'Israël

mercredi 20 avril 2016

En remettant le prix, M. Peres a déclaré : « Rien n'est plus grand que la cause de l'amitié parmi les êtres humains. »   

Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, prince héritier de Monaco, s'est vu décerner le Prix « Friend of Zion » vendredi des mains de Shimon Peres, 9e Président d'Israël. Ce prix représente l'un des principaux objectifs du Friends of Zion Heritage Center, qui exploite un musée à Jérusalem et dont l'initiative à l'échelle mondiale consiste à bâtir un pont pour des millions d'amis dans le monde afin de lutter contre l'antisémitisme et les campagnes de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS).

Le Prince Albert, qui joue un rôle majeur dans la promotion du renforcement du soutien mondial en faveur d'Israël et du peuple juif, a commenté : « Je parle au nom de la maison Grimaldi lorsque je dis ici à quel point je me sens fier et privilégié d'accepter ce prix en tant que symbole des relations étroites qui existent entre Israël et Monaco. C'est un honneur pour nous de vous avoir en tant qu'invités. »

L'ancien Président Peres a également affirmé qu'il se sentait encore plus reconnaissant pour cette occasion juste avant le « Passover », la fête juive qui commémore la libération de l'esclavage et l'une des fêtes les plus importantes pour le peuple juif à travers le monde : « Les relations entre Israël et l'Europe sont extrêmement importantes pour l'ensemble de la communauté internationale. Nous considérons notre amitié avec Monaco, ainsi qu'avec le reste des États européens, comme une alliance stratégique qui guidera le monde sur une meilleure voie et apportera un avenir plus radieux. »

Le Friends of Zion Museum a ouvert ses portes à Jérusalem en septembre dernier et s'est fixé comme objectif de servir de passerelle, en connectant les personnes du monde entier et en motivant davantage de communautés à s'exprimer en faveur d'Israël.

Le musée contient des expositions et présentations à la pointe de la technologie, parmi lesquelles des présentations en 3D et une innovation audiovisuelle unique développée exclusivement pour le musée.

Le Friends of Zion Museum met l'accent sur le sauvetage des Juifs pendant l'Holocauste et la contribution apportée par les Justes parmi les Nations. Ce musée met en relief le rapport au sionisme et salue le travail de ceux et celles qui sont venus en aide au peuple juif au cours des dernières décennies, du Mandat britannique à l'Holocauste et jusqu'à l'établissement de l'État d'Israël.

Le musée est le résultat du dur labeur de milliers de partisans d'Israël dans le monde entier, montrant la contribution d'amis d'Israël tels que l'ancien Président des États-Unis Harry Truman, l'ancien Premier ministre britannique Sir Winston Churchill, le Prof. George Bush, qui était un parent de l'ancien Président américain George Bush, Orde Wingate, ainsi que les Justes parmi les Nations, des individus comme Oskar Schindler, Raoul Wallenberg et les membres de la famille ten Boom, qui ont risqué leur vie pour sauver celle de Juifs qui étaient persécutés à travers le monde.

 

Lire la suite

Israéliens et Polonais dansent dans la salle d’audience d’un commandant d’Auschwitz

mercredi 20 avril 2016

Du 18/04/2016

 

 

 

 

Israéliens et Polonais dansent dans la salle d’audience d’un commandant d’Auschwitz

Jonny Daniels danse le Foxtrot avec Alicia Schnepf, secrétaire de la Société polonaise des Justes parmi la Nation, à Varsovie, le 10 avril 2016. (Courtesy: From the Depths)

Environ 30 Polonais qui ont sauvé la vie de Juifs pendant l’Holocauste ont participé à une danse organisée pour eux par des Israéliens à Varsovie, dans le lieu où le commandant du camp d’extermination d’Auschwitz a été jugé.

From the Depths [Depuis les profondeurs], un groupe créé en 2014, a organisé la danse dimanche pour la Société polonaise des Justes parmi les Nations à l’auditorium de l’Union des enseignants polonais, qui, le 11 mars 1947, a vu l’ouverture du procès de Rudolf Höss. Il a été condamné à mort et pendu trois semaines plus tard.

« Nous avons choisi ce lieu en raison de son importance symbolique. L’activité organisée n’était pas une déclaration politique mais fait partie de notre engagement qui vise à essayer de redonner un peu à ces personnes », a déclaré le fondateur britannique israélien de l’organisation, Jonny Daniels.

Environ 6.500 Polonais ont été reconnus comme Justes parmi les nations – le plus grand nombre au monde. Moins de 300 d’entre eux sont encore en vie.

Lors de l’événement, Daniels a dansé au son de musiques des années 1930 avec plusieurs justes, y compris Anna Stupnicka, membre de l’association qui a aidé à cacher trois Juifs dans son appartement et a fait passer de la nourriture en contrebande dans le ghetto de Varsovie, et Alicia Schnepf, secrétaire de la société et mère de Ryszard Schnepf, ambassadeur de Pologne aux États-Unis. Étaient également présent l’entraîneur israélien de football Avram Grant, qui est membre du conseil de l’organisation, des fonctionnaires polonais, ainsi que l’ambassadeur d’Israël en Pologne, Anna Azari.

« Je ne connais pas très bien le Foxtrot, donc j’ai hésité à participer au début, mais mes partenaires de danse m’ont aidé à apprendre », a dit Daniels.

L’événement faisait partie de plusieurs commémorations organisées par From the Depths en Pologne cette semaine, y compris des cérémonies en l’honneur Jan Zabinski, directeur décédé du zoo de Varsovie qui, avec son fils et sa femme, a sauvé des centaines de Juifs. Le général Władysław Anders, un Polonais combattant de la résistance qui a également commandé l’ancien Premier ministre israélien Menahem Begin dans une milice connue sous le nom d’armée Anders – qui a combattu aux côtés des Alliés – était également à l’honneur.

Plus de 10.000 Juifs ont servi dans l’armée Anders. Anders a donné à ses soldats juifs, y compris Begin, l’autorisation de se démobiliser et de se rendre  en Israël avant la création de l’Etat, après la Seconde Guerre mondiale.

La cérémonie honorant Zabinski a été suivie par Sir Eric Pickles, envoyé spécial du gouvernement britannique pour les questions concernant l’après- Holocauste et copresenté par la fille d’Anders, Anna Maria Anders, une sénatrice polonaise et la secrétaire d’Etat du pays, un titre équivalent à celui de vice-ministre.

« Mon père a toujours fait l’éloge de ses frères d’armes juifs et était immensément fier d’avoir pu jouer un rôle dans le sauvetage d’un nombre si important d’entre eux et de les avoir amenés vers leur terre promise, Israël ; y compris un jeune soldat, Michesław Begi », se souvient-elle, utilisant le prénom polonais du leader israélien.

 

Lire la suite

LUZINAY - Trois « Justes parmi les Nations » honorés

samedi 9 avril 2016

Du 03/04/2016

 

 

Photo Le DL/Michel THOMAS

 

 

Durant la guerre 1939-1945, Gabriel Boulud, Anne-Marie et Jean-Joseph Raclet ont sauvé la vie de deux enfants juifs, Nadine et Jean Dreyfuss. Ce dimanche matin à Luzinay, la médaille de « Justes parmi les Nations » a été remise à leurs descendants lors d’une émouvante cérémonie qui a permis de mettre en lumière ces « êtres ordinaires qui ont accompli des actes extraordinaires ».

Clémence LENA 

Lire la suite

Des Villes et des Justes

mercredi 6 avril 2016

27, 28 et 29  mai 2016  à Moissac, Rencontre, Débats et Conférences, Cérémonie de remise de médaille.

Lire la suite