Un musée de la Shoah pour les enfants ouvrira dans un zoo de Varsovie

Du 24/03/2015

 

 

Le musée rendra hommage au gardien du zoo et sa femme qui ont caché des Juifs sous les cages pendant la guerre.

 


"Warsaw zookeeper Jan Zabinski"

Un musée de la Shoah pour les enfants sera inauguré le mois prochain au zoo de Varsovie, où des Juifs ont été cachés et sauvés des nazis durant la Seconde guerre mondiale.

"Ce musée ne sera pas immense mais d'un point de vue de la commémoration, il s'agit d'un des plus importants en raison de son auditoire cible - les enfants", a déclaré Jonny Daniels, fondateur de l'organisation "From the Depths", à l'origine du projet de musée en collaboration avec la Fondation Panda, branche caritative du zoo.

Il comprendra la villa du directeur de la ménagerie, Jan Zabinski, et de son épouse, Antonina. En tant que lieutenant de la résistance polonaise, Zabinski a caché des Juifs dans les voies souterraines reliées aux cages d'animaux. Il a également utilisé le zoo pour stocker des armes pour la résistance.

Le musée abritera également le labyrinthe de tunnels et le piano rénové grâce auquel Antonina prévenait que des nazis approchaient, selon l'Agence télégraphique juive (JTA).

L'Israélien Moshe Tirosh, l'un des 300 Juifs dont la vies a été sauvée grâce à l'héroïsme peu connu du couple, a passé trois semaines au zoo, où il a vécu dans une chambre souterraine sans fenêtre avec sa sœur cadette. Pour des raisons de sécurité, les parents de Tirosh dormait dans une chambre différente dans le labyrinthe.

Lorsque Tirosh est arrivé au zoo, la plupart des animaux avaient été tués - certains dans des parties de chasse entre officiers nazis - ou expédiés vers des zoos allemands.

Déterminé à maintenir l'activité du zoo pour la résistance, Zabinski l'a transformé en un élevage de porcs, selon "La femme du Zookeeper", un livre sur le couple Zabinski publié en 2007.

Zabinski faisait parfois de la contrebande de viande de porc dans le ghetto juif, où l'interdiction de sa consommation fut largement abandonnée en raison d'une politique de famine imposée par les nazis aux Juifs, qui vivaient avec en moyenne 187 calories par jour.

"Au zoo, Antonina communiquait avec ses hôtes juifs grâce à un code musical," confie Tirosh à JTA.

"Elle jouait au piano et nous disait de ne pas bouger et de rester très calme si nous entendions cet air de musique jusqu'à ce qu'un autre nous indique que le danger était passé", raconte-t-il.

Tirosh a indiqué que la période au cours de laquelle il s'est caché au zoo a été l'une des seules où il ne se souvient pas de la douleur ou des souffrances.

Après avoir quitté le zoo, Tirosh et sa sœur sont allés vivre dans des familles d'accueil chrétiennes, où il a subi violence et a failli mourir. Après la guerre, Tirosh a été réuni avec sa famille. Son père est mort d'une crise cardiaque en 1948 et le reste de la famille a immigré en Israël en 1957.

Antonina est morte en 1971 et son mari en 1974. Le musée de Yad Vashem à Jérusalem a reconnu les Zabinski comme Justes parmi les Nations en 1965

En savoir plus