Berjou - L’école de Berjou baptisée « Roland et Jeanne Ricordeau, Justes parmi les Nations »

Du 21/06/2014

 

Justes parmi les Nations, depuis 2010, Roland et Jeanne Ricordeau, anciens instituteurs à Berjou, resteront dans toutes les mémoires. Depuis samedi, l'école porte leur nom.

« Il nous a semblé normal de mettre ce couple à l’honneur à notre tour. C’est pourquoi, il a été décidé de donner leur nom à l’école. » Didier Vieceli, maire de Berjou, accueillait une importante délégation, samedi matin dans sa commune. Entourés de personnalités locales, d’habitants et d’élus, la famille et notamment les enfants de Roland et Jeanne Ricordeau étaient réunis pour rendre, une nouvelle fois, hommage à ce couple de résistants, sauveurs de nombreux enfants juifs de la Déportation. « Dorénavant, on ne parlera plus de l’école de Berjou, mais de l’école Roland et Jeanne Ricordeau, Justes parmi les Nations », a déclaré Didier Vieceli lors de la cérémonie d’inauguration de la plaque apposée sur la façade de l’école. « Un chêne sera également planté en leur honneur par les enfants et l’association 50 000 chênes, représentée par Didier Ouvry. » Sans doute au moment des vacances de la Toussaint. L’emplacement a été choisi : dans le jardin potager de l’école maternelle. Pierre Osowiechi, représentant du comité français de Yad Vashem, rappelle que pas moins de 3760 Français ont été reconnus par l’Etat d’Israël comme des « Justes parmi les Nations ». « Au moment où se déroulait la Shoah, quand la majorité des pays gardait le silence sans intervenir, des personnes non-juives choisirent de sauver des Juifs en danger, au péril de leur vie. L’Etat d’Israël, créé par les Nations Unies en 1948 et le Mémorial Yad Vashem à Jérusalem, décidèrent, en 1963, de leur rendre hommage et de leur attribuer ce titre, la plus haute distinction civile de l’Etat d’Israël. » Distinction qui salue les « Non Juifs vertueux œuvrant avec compassion et justice ». A Paris, une allée des Justes, près du Mémorial de la Shoah, recense la liste des noms des 3760 Français, parmi lesquels, Roland et Jeanne Ricordeau. Accompagnée de ses frères Jean-Louis, 77 ans et Michel, 74 ans, Annette Ricordeau-Hervieux, 78 ans, est la fille aînée de Roland et Jeanne. Dans son discours, elle a souhaité rendre hommage à la population de Berjou : « Papa et maman occupaient dans le village des postes d’enseignant et pour notre père, de secrétaire de mairie. Ils connaissaient toutes les familles de Berjou et environs. Ils fabriquaient de faux papiers. Avez-vous réalisé qu’ils n’auraient rien pu faire sans la complicité des habitants ? La discrétion et le silence des habitants de Berjou méritent le respect. Ils ont évité le pire à nos parents alors que le pasteur Buscarlet, à Condé-sur-Noireau, organisateur de leur réseau, a été déporté à Buchenwald et n’est pas revenu…  » Annette Ricordeau-Hervieux a annoncé qu’elle ferait le déplacement depuis son domicile, près de Besançon, à l’automne prochain, pour la plantation du chêne en souvenir de ses parents.