Cantal : à Boisset, elle raconte comment sa mère a sauvé des Juifs pendant la guerre

Du 06/06/2019

 

 

 

 

La mère de Marcelle, Blanche, a hébergé une famille de Juifs à Boisset dans le Cantal, durant la seconde guerre mondiale. / © Christian Darneuville / France 3 Auvergne

A Aurillac, dans le Cantal, le square de Vic a été rebaptisé square des Justes, en hommage à ces Français qui ont sauvé des Juifs lors de la seconde guerre mondiale. A Boisset, Marcelle raconte comment sa mère Blanche a abrité un père et ses deux enfants.

A Aurillac, dans le Cantal, le square de Vic se nomme désormais square des Justes. Il rend hommage à ces Français qui ont sauvé des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Parmi eux, Blanche Danguiral : elle et son mari ont abrité un père et ses deux enfants à Boisset. Sa fille Marcelle se souvient. Elle a vu un jour débarquer monsieur Georges, accompagné quelques temps plus tard par deux de ses enfants, Michel et Olga.

Un musicien juif qui a fui Paris occupé

Marcelle Tarrié se souvient : « On rentrait directement dans une grande pièce qui faisait office de cuisine. Il y avait la cheminée, et mes parents avaient mis ce qu’ils avaient comme meubles ». Cette famille est arrivée durant l’été 1942. Marcelle avait alors 11 ans. Elle raconte : « Il y avait un village au-dessus, et on allait chercher le lait là-haut. Il y avait une solidarité. Lui, le pauvre, il venait de la ville mais il essayait de rendre service aux gens. Il ramassait du bois, il le sciait. C’était une autre vie que l’on a du mal à comprendre aujourd’hui ». Goerges Zylbertsein, musicien juif, avait fui Paris avec ses enfants pour échapper aux Nazis. Il a pu se réfugier dans le Cantal grâce à un réseau de résistants

Une famille qui quittera la France

Simon Massebaum, délégué régional du comité français pour Yad Vashem souligne : « On s’aperçoit que ces deux familles, plus la municipalité, plus le village de Boisset, c’est tout un réseau qui s’organise et qui permet le sauvetage d’enfants en l’occurrence ». La femme de Georges et l’un de ses fils restés à Paris n’ont pas échappé à la mort. Michel, Olga et leur père Georges se sont installés aux Etats-Unis après la guerre. Grâce à Internet, Olga a retrouvé les membres de la famille de Marcelle. Elle demande pour eux le titre de Justes parmi les nations.

C. L avec Christian Darneuville