Fernand Sentou, un Juste honoré

Du 19/08/2015

 

 

 

 

 

Le maire Jean-Michel Augré en compagnie des membres de la famille de Fernand Sentou. © Photo H.P.

Samedi 15 août, Jean-Michel Augré, maire de Cazaubon, entouré de ses conseillers municipaux et en présence des membres de la famille de Fernand Sentou, a inauguré le rond-point de Barbotan-les-Thermes, en découvrant les deux plaques nominatives, où sont inscrits le prénom et le nom de l'ancien maire et médaillé des Justes parmi les nations.

Lors de son discours, le maire Jean-Michel Augré a détaillé la vie exemplaire de Fernand Sentou, maire de Cazaubon de décembre 1919 jusqu'au mois d'avril 1946 : « La municipalité tenait particulièrement à rendre hommage à cet homme d'honneur. Fernand Sentou est né le 24 mars 1892 à Villiers Saint Frédéric dans les Yvelines. Après ses brillantes études conclues par deux baccalauréats, il s'engagea comme volontaire pendant la guerre de 1914-1918 au 9e Chasseur. En 1917, il fut dans l'artillerie, où il reçut le grade de lieutenant au 214e régiment d'artillerie de campagne. Ses deux blessures et deux citations lui valurent d'être promu au grade de chevalier de la Légion d'honneur en décembre 1921 avec la mention. Au mois de septembre 1939, il fut mobilisé et affecté au PMA de la 7e armée. Il fut démobilisé six mois plus tard pour intoxication par gaz de guerre. »

Engagement viticole

Fernand Sentou est l’homme qui s’est fortement engagé dans la promotion des produits viticoles locaux. À partir de 1925, il fut président fondateur du syndicat de défense de l’appellation armagnac. En 1935, il fut membre du Comité national des appellations d’origine des vins et eaux-de-vie, puis en 1936 président du comité d’experts en matière de protection d’appellations d’origines pour l’armagnac. De 1944 à 1953, Fernand Sentou fut président du BNIA, en 1949 président de la fédération des associations viticoles et en 1952, président fondateur de l’Union des coopératives du Bas-Armagnac.

Résistant

Le maire a poursuivi son discours en précisant l'engagement de Fernand Sentou dans la résistancedurant l'Occupation allemande. « Le Gersois y a tenu un rôle éminent dans les réseaux mais aussi dans le centre d'hébergement du Bégué en fournissant entre autres des faux papiers d'identité à ceux qui fuyaient le régime nazi. Fernand Sentou et son épouse avaient alors pris de grands risques en donnant asile aux fugitifs alors que la région fourmillait d'Allemands et de mouchards et que les contrôles se multipliaient. Fernand Sentou incarne le meilleur de l'humanité. Il reçut avec son épouse en 1991, la médaille des Justes parmi les nations. La plus haute distinction octroyée à titre civil par l'état d'Israël. »

Fernand Sentou, conseiller général du canton de Cazaubon de 1925 à 1937, prit une place importante dans la promotion des produits viticoles, qui lui valut d'être nommé Chevalier du mérite agricole, médaille d'argent de la coopération de la mutualité et du crédit (lire ci-dessus). Il fut promu au mois de juillet 1966 au grade d'officier de la Légion d'honneur.

Henri Portes