Hélène Szafran a livré un témoignage émouvant de la résistance cévenole

 

 

Hélène Szafran

Hélène Szafran vit en Israël et, depuis 50 ans, met un point d’honneur à rendre visite chaque année aux trois familles cévenoles qui ont caché son mari, Pierre, pendant la dernière guerre mondiale. Lui permettant ainsi d’échapper aux rafles nazis et à une mort certaine.

C’est lors de son traditionnel pèlerinage en Cévennes que Hélène Szafran, à l’invitation du maire, a accepté de venir livrer un témoignage émouvant de cette sombre période.

En 1940, la famille Szafran quitte la Belgique pour s’installer à Nîmes en zone libre. En 1942, les nazis sont dans la ville et cherchent toutes personnes de confession juive. Tandis que la famille, dénoncée, est déportée, Pierre Szafran rentre en clandestinité par l’entregent d’un prêtre. Il a 17 ans.

De cache en cache, c’est à Lasalle que Pierre apprendra la fin de la guerre au sein de la famille Guiraud.

Eva et Elie Guiraud ont été reconnus comme « Justes parmi les Nations ». A ce titre, l’Etat d’Israël leur a remit une médaille gravée à leur nom et leurs patronymes sont inscrits sur le mur d’honneur du Jardin des « Justes parmi les Nations » de Yad Vashem, à Jérusalem.


Les enfants observent la médaille gravée de Eva et Elie Guiraud "Justes parmi les Nations"

 

 

 

 

 

 

 

 

lène Szafran, le maire et l'historien francis Chira

 

source: http://cruvierslascours.blogs.midilibre.com/tag/justes du 13/06/2012