Sèvres - Honorer la mémoire d’Yvonne Hagnauer, Juste parmi les Nations

Yvonne Hagnauer Dénomination de la cour d’honneur de l’hôtel de ville

Vous nous proposez par surprise, sans qu’une réflexion collective et partagée ait eu lieu, de donner un nom à la cour d’honneur de la mairie.

Ma première question est : faut-il ou pas donner un autre nom à cet endroit que les Sévriens et Sévriennes identifient très bien par sa dénomination actuelle ?

Si cet espace doit évoluer dans le sens d’une plus grande ouverture au public, ne faut-il pas en profiter et avoir une réflexion approfondie sur la question ?

Vous allez me répondre que votre choix est arrêté, qu’il faut donner un nom à cet espace.

Pour celles et ceux qui ne siégeaient pas au sein de notre conseil, il y a trois ans, et vous êtes nombreux, je souhaite rappeler une page de l’histoire sévrienne particulièrement mal connue de nos concitoyens.

Cette page s’est écrite durant la seconde guerre mondiale, ici, dans notre commune.

J’avais eu l’occasion de l’évoquer lorsque la précédente municipalité a imposé le choix de Parvis Charles de Gaulle pour l’espace situé devant le collège. J’ai bien compris que vous souhaitiez donner une résonance à ce parvis en baptisant la cour « parvis de la résistance et de la déportation ». Ce nom est bien entendu lourd de sens.

Je vous propose une autre résonance, celle du nom d’une femme, Yvonne Hagnauer.

Une femme d’abord, parce qu’à Sèvres, on compte 96 rues portant un nom patronyme. Sur ces 96 rues, 7 seulement portent le nom d’une femme.

Anne Amieux, Jeanne d’Arc, Mme Jules Favre, Marie-Jeanne Guillaume, Caroline Landon, Marguerite Payen, Pompadour.

2 rues honorent des couples : Joseph et Germaine Bouroche, Pierre et Marie Curie.

Nous sommes donc bien loin, très loin, de la parité.

Yvonne Hagnauer ensuite parce qu’elle était Sévrienne.

Yvonne Hagnauer, enfin, parce que directrice de 1941 à 1970 de la Maison des Enfants de Sèvres, située rue Croix-Bosset, à l’emplacement de l’actuelle école maternelle, elle cacha et sauva des dizaines d’enfants juifs, des résistants, des francs-maçons, des réfractaires au STO. L’un de ses pensionnaires était le Mime Marceau. Yvonne Hagnauer, « Goëland » de son nom de résistante, est décédée en 1985 à Meudon. Pour ses actes, elle fut désignée Juste parmi les Nations.

Certes il est important de rappeler la mémoire de la résistance et de la déportation. Je ne peux qu’être d’accord avec vous. Mais les termes me paraissent trop abstraits déjà trop utilisés. Il me semble que cette mémoire peut être très concrètement rappelée en rappelant le souvenir d’Yvonne Hagnauer.  Elle fut une grande résistante, risquant la déportation, risquant sa vie pour des enfants. En choisissant son nom c’est aussi la résistance et la déportation que nous honorerions et vous la situez à Sèvres en rappelant l’histoire d’une grande figure de notre ville.

 

C’est pourquoi je vous propose ce soir d’inscrire de façon durable sa vie, son parcours exemplaire, sa mémoire à Sèvres en donnant son nom à la cour d’honneur de la mairie.

Je vous remercie de mettre aux voix cette proposition en alternative à la vôtre.

 

Le maire répond à cette intervention en nous apprenant qu’une plaque commémorative pour les 4 Justes parmi les Nations de Sèvres sera dévoilée le 26 avril prochain dans l’escalier de la mairie. Je retire donc ma proposition de vote alternatif en demandant une réflexion pour que le nom d’Yvonne Hagnauer consacre un espace public ouvert et fréquenté.