La Drômoise Louise Longueville devient Juste parmi les Nations

Publié le 06/07/2013

 

 

 

 

La salle du conseil municipal de Chatuzange-le-Goubet était trop petite dimanche pour accueillir tous les participants à la remise à titre posthume de la médaille des Justes parmi les Nations à Mlle Louise Longueville. La récipiendaire a habité à Papelissier durant les heures sombres de la seconde guerre mondiale.

Au cours du conflit et durant la période de l’Occupation, deux petits juifs parisiens arrivent pendant l’été 1942 dans ce hameau de Papelissier où demeure Louise Longueville, une femme seule, serviable et attachée à des valeurs humaines. Michel et Henri Jabko ne reverront jamais leur père, Mozko, déporté en juillet 1942 à Auschwitz. Dans la commune de Chatuzange-le-Goubet, les deux enfants vivent cachés mais en sécurité chez cette Française dévouée qui les emmène à la messe du dimanche et les intègre au village.

À l’automne 1944, Michel part rejoindre sa mère à Paris et Henri quittera à son tour, Louise Longueville, vers le milieu de l’année 1945. Des liens sont maintenus et les enfants reviendront plus tard retrouver leur « marraine », comme ils l’appelaient durant ces années sombres. Ce 30 juin, la cérémonie s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités dont le préfet de la Drôme, Pierre-André Durand, Didier Guillaume, président du conseil général, Nathalie Nieson, députée-maire de Bourg-de-Péage, Christian Gauthier maire de chatuzange-le-Goubet, Philippe Drésin, maire de Romans.

L’honneur rejaillit sur Chatuzange

Le titre de « Juste parmi les Nations » est la plus haute distinction civile décernée par l’État d’Israël. Il y a 24.811 Justes dans le monde, 3654 en France dont 76 dans la Drôme. Louise Longueville a rejoint la liste des héroïques drômoises et son nom figurera désormais sur l’institution Yad Vashem et au Mémorial de la Shoah à Paris. L’honneur en rejaillit d’autant sur la petite commune de Chatuzange-le-Goubet.

Au deumeurant, symboliquement, les distinctions ont été remises aux représentants de la commune. Les moments forts de cette réception ont été notamment la remise de la Médaille des Justes parmi les Nations ainsi que le diplôme d’Honneur à Christian Gauthier, maire de Chatuzange-le-Goubet, par Pierre Osowiechi, délégué aux cérémonies du Comité Français pour Yad Vashem et Gabriel Bitton, représentant de l’État d’Israël. Puisque Louise Longueville n’avait pas de descendant, c’est un peu comme si elle était traitée comme « l’enfant de la Nation ».

Sous la responsabilité de Magali Bonnet, les élèves de l’école du Goubet ont lu des poèmes liés à la déportation. Enfin, les enfants de l’été 1942 devenus des seniors respectables, accompagnés par leurs épouses, ont dévoilé l’inscription commémorative gravée sur la plaque située dans l’accueil de l’hôtel de ville.

Dans quelque temps, la municipalité goubétoise honorera encore une fois le nom de Louise Longueville en déposant une plaque sur sa maison conservée encore de nos jours au centre de Papelissier.

Pascal Djemaa (CLP)