Le Square des Justes inauguré à Brive

Hier, en fin de matinée, était inauguré le Square des Justes parmi les Nations. Brive compte 18 Justes, dont les noms figurent sur une stèle dévoilée à l’occasion de cette inauguration.

Hier matin, à l’angle du boulevard Marbeau, de la rue Dumyrat et de la rue Sœur Sophie Maillard, a été inauguré le Square des Justes parmi les Nations.

Le titre de Juste parmi les Nations est décerné par l’institut Yad Vashem de Jerusalem aux personnes non juives qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie pendant la Seconde guerre mondiale.

Accueillies par le violoniste briviste Lauris Vignal sur la musique de la liste de Schindler, les autorités ont dévoilé la plaque du Square des Justes et la stèle en mémoire des 18 Justes de Brive : Augustin Arth, Marie-Louise Bleyzat, Germaine Bocquet, Jean-Baptiste Bonetbeltz, Léon Bronchard, Marie-Antoinette Cipan, Paul Cipan, Françoise Dauliat, Germain Dauliat, Maria Fromentin, René Fromentin, Aimée Guedin, Marius Guedin, Jules Lafue, Edmond Michelet, Madeleine Pournin, Hélène Saran et Madeleine Veron.

Des dépôts de gerbe, par le sous-préfet de Brive Jean-Paul Vicat, Ido Bromberg, directeur des relations publiques de l’ambassade d’Israël en France et Frédéric Soulier, maire de Brive, ont suivi la lecture de textes par des élèves des établissements scolaires de la ville.

Les invités et les autorités ont, en effet, pu écouter, avec une émotion palpable, le poème Les Justes de Paul Rozenberg par Alexandre Pluta du lycée d’Arsonval, le poème Le Badge d’Albert Pesses par Gauthier Guthmann-Dalmey de l’ensemble scolaire Edmond-Michelet, et des extraits du discours de Simone Veil prononcé lors de la cérémonie des Justes au Panthéon le 18 janvier 2007, par Jeanne Chevalier de l’ensemble scolaire Edmond-Michelet.

Des discours ont suivi, dans la cour du musée Michelet. Frédéric Soulier a rendu hommage aux actes de courage des 18 Justes de Brive et a indiqué vouloir « intégrer un passage au Square des Justes parmi les Nations aux cérémonies de libération de Brive qui se déroulent tous les ans le 15 août ». Le maire de Brive a également appelé à « opposer les armes de l’esprit, ce legs des Justes, à la violence ».

Les premiers mots de Charley Daïan, délégué régional du comité français pour Yad Vashem, auront été pour les jeunes : « Vous êtes notre avenir, et cette cérémonie vous est dédiée. On vous confie la mission de transmettre et de perpétuer la mémoire des Justes ».

Charley Daïan aura également « une pensée pour nos frères chrétiens d’Orient qui sont massacrés, torturés, et dont les lieux de culte sont détruits dans l’indifférence générale. Je ne propose pas pour eux une minute de silence, car l’heure n’est plus au silence mais à l’action », a-t-il conclu.

Ido Bromberg a souligné le courage des Justes parmi les Nations « qui ont bravé l’autorité au péril de leur vie. Ils n’ont pas sauvé que des Juifs, ils ont également sauvé la dignité et l’honneur de la France ». Le représentant de l’ambassade d’Israël en France appellera également « à la vigilance face à l’augmentation des actes antisémites qui montre qu’il ne faut jamais baisser la garde ».

Tandis que le député Philippe Nauche se félicitait de cet hommage aux Justes de Brive, évoquant « la portée universelle de l’inauguration de ce square », le sous-préfet Jean-Paul Vicat concluait la ronde des discours, assurant, à propos des Justes, que « notre respect et notre reconnaissance leur sont acquises à tout jamais ».

Olivier SOULIÉ

Photos : Sylvain MARCHOU