Passy : Une “Juste” parmi les retraités des Myrtilles

Publié le 28/06/2013

Accueillir un Juif chez soi, le nourrir, l’aider à passer d’un endroit à un autre, lui fournir de faux papiers… Tant d’actions accomplies par les “Justes parmi les nations” durant la Seconde Guerre mondiale pour aider les Israélites à survivre face au plus grand génocide du XX e siècle. C’est le thème sur lequel la maison de retraite des Myrtilles s’est penchée mercredi à l’occasion du 50 e anniversaire de la reconnaissance des Justes.

Les Français ont permis à 75 % des Juifs de l’Hexagone d’échapper à la folie nazie. « Ils ont pris le risque de les aider », souligne Florence Falconnet, directrice l’Onac (Office national des anciens combattants) de Haute-Savoie.

Et ce fut le cas pour de nombreux Haut-Savoyards, dévoués à soutenir cette communauté persécutée. Cependant, l’honneur d’être reconnu “Juste” n’est pas facile à gagner. En effet, les témoignages d’individus proches du supposé “Juste” doivent être recueillis, puis soumis à examen par l’état d’Israël afin de confirmer ce statut.

La maison de retraite de Passy a l’honneur de loger l’un des 107 Justes de Haute-Savoie : Madeleine Drouet. « Ce que j’ai fait est normal », répète-t-elle humblement. La dame de 90 ans a été récompensée par la mairie des Houches pour avoir caché deux enfants juifs, Raymonde et Dora. Elle peut être fière de sa médaille, actuellement la plus haute distinction honorifique délivrée par l’État d’Israël à des civils.

Henri KEATES