Pierre et Marie Laboureur, Justes parmi les nations

Du 14/10/2015

 

 

 

 

 

Encadré par les porte-drapeaux, Claude Bondy, un des rescapés, livre son témoignage. © Photo Michel Lionnet
Dimanche, une cérémonie très émouvante a réuni un grand nombre de personnalités politiques et associatives pour célébrer la reconnaissance de l'action exceptionnelle conduite par Marie et Pierre Laboureur, habitants de Saint-Raphaël pendant la Seconde Guerre mondiale, qui ont été reconnus Justes parmi les nations. Ils ont en effet recueilli trois frères et sœur en 1943 et les ont élevés comme si c'était leurs propres enfants. Raymond, Solange et Claude Bondy ont ainsi échappé au sort funeste de beaucoup de leurs coreligionnaires.

Beaucoup d'émotion

Après les diverses interventions des personnes présentes (1), Claude Bondy (qui avait 2 ans en 1943) a témoigné et fait passer son émotion : il a su par ses mots simples rappeler ce qu'était la vie chez les Laboureur en cette période troublée, l'amour que lui et ses frère et sœur ont reçu pendant ces longues années, les liens qu'ils ont conservés avec le couple Laboureur et la fierté qu'il éprouve de savoir que leur geste est enfin reconnu à sa juste valeur.

Pour clore la cérémonie, au cours de laquelle ont été interprétés « Le Chant des partisans » et « La Marseillaise », et lus des poèmes écrits par les collégiens d'Excideuil et Monique, une habitante de Saint-Raphaël, Claude Bondy a dévoilé une plaque posée sur la maison des Laboureur.

Michel Lionnet

(1) Le représentant de Yad Vashem, Jean-Claude Coustillas, maire de Saint-Raphaël, Annie Sedan, conseillère départementale, Colette Langlade, députée, et Jean-Marc Bassaget, secrétaire général de la préfecture.