Retrouver ou découvrir Chambon-sur-Lignon à la Mairie du 20e



"Le souvenir du Juste restera pour toujours" à Chambon-sur-Lignon.

 

Une plaque fut inaugurée en 1979 à Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) par des Juifs sauvés de la Shoah grâce à des habitants de ce village du Vivarais :

(Photo DR).

 

Le souvenir du Juste restera pour toujours (Psaume 112_6).

Hommage 
à la communauté protestante de cette terre cévenole, 
et à tous ceux entraînés par son exemple 
croyants de toutes confessions et non croyants, 
qui, pendant la guerre 1939-1945, 
faisant bloc contre les crimes nazis 
ont au péril de leur vie, sous l’Occupation, 
caché, protégé, sauvé par milliers 
tous les persécutés.

Les Juifs réfugiés au Chambon sur Lignon
et dans les communes avoisinantes.

 

La lecture du Dictionnaire des Justes de France (1) le confirme : 
- « La région du Chambon occupe une place unique dans l’histoire de la France : nulle part ailleurs les Juifs ne furent accueillis et sauvés en aussi grand nombre et avec pareille générosité. »
En conséquence et à titre exceptionnel, c’est le pays entier de Chambon-sur-Lignon qui a été reconnu par Yad Vashem comme Juste parmi les Nations. Dans toute l’Europe occupée, une seule autre commune a été honorée comme Juste : Nieuwlande, en Hollande.

 


Menant toujours ses recherches, la Mairie de Chambon a jusqu’à présent dénombré plus de 3.450 noms de Juifs ayant connu ce havre de pays au milieu d’une France occupée par les Nazis et prise dans le carcan du Régime de Vichy.


1943. Dessin d'enfant juif caché à la Maison de l'Abric de Chambon-sur-Lignon (DR).


La Médaille et le Diplôme attribués à Chambon-sur-Lignon ne doivent pas faire oublier des reconnaissances individuelles se situant dans le même contexte exceptionnel de sauvetage collectif de Juifs par une population merveilleusement courageuse.
Le pays du Chambon compte donc tous ces Justes parmi les Nations :

 


Lucie Abel et sa fille Lydie Abel (Fay-sur-Lignon)
Fanny-Marie et Jean-Jacques Astier (Chaumargeais)
Georgette Barraud et sa fille Gabrielle Barraud (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur André Bettex (Le Mazet-Saint-Voy)
Auguste Bohny (Le Chambon-sur-Lignon)
Friedel Bohny-Reiter (Rivesaltes, Le Chambon-sur-Lignon)
Jean Bouix (Le Chambon-sur-Lignon)
Marie Brottes (Le Chambon-sur-Lignon)
Yvonne Cellier (Tence)
Pasteur Daniel Curtet et Mme Suzanne Curtet (Fay-sur-Lignon)
Samuel Emile Charles (Le Chambon-sur-Lignon)
Fernand et Hélène Court (Le Mazet-Saint-Voy)
Roger Darcissac (Le Chambon-sur-Lignon)
Léonie Deléage et sa fille Eva Philit (Les Tavas)
Pasteur Charles Delizy (Freycenet-Saint-Jeures)
Léon et Antoinette Eyraud (Le Chambon-sur-Lignon)
Antoine J. M. Frachette (Tence)
Pierre et Louis Franc (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur Charles Guillon (Le Chambon-sur-Lignon)
Henri et Emma Héritier (Le Chambon-sur-Lignon)
Eva Jouve (Le Chambon-sur-Lignon)
M. et Mme Jouve (Le Chambon-sur-Lignon)
Berthe et M. Kittler (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur Roland Leenhardt (Tence)
Pasteur Raout Lhermet (Le Chambon-sur-Lignon)
Simone Mairesse (Le Mazet-Saint-Voy)
Jean et Eugénie May, leurs enfants Roger May et Germaine May (Le Chambon-sur-Lignon)
Eugénie Mettenet (Le Chambon-sur-Lignon) 
Hubert Meyer (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur André Morel (Le Chambon-sur-Lignon)
Eugène et Elizabeth Munch
Jean et Nancy Ollivier (Le Chambon-sur-Lignon)
Ermine Orsi (Le Chambon-sur-Lignon)
Samuel et Léonie Pélissier (Le Mazet-Saint-Voy)
Mireille Philip (Le Chambon-sur-Lignon)
Edouard et Judith Picot (Chapignac)
Pierre Piton (Le Chambon-sur-Lignon)
Albert et Lucie Pradier (Saint-Agrève)
Albert et Eugénie Roux (Chaumargeais)
Lucie Ruel (Le Mazet-Saint-Voy)
Elie et Marie Russier, leur fille Lily Boit (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur Edouard et Mildred Theis (Le Chambon-sur-Lignon)
Pasteur André et Magda Trocmé (Le Chambon-sur-Lignon)
Daniel Trocmé (Le Chambon-sur-Lignon)
Juliette Usach (Le Chambon-sur-Lignon)
- sauf erreurs ou omissions involontaires - .

Le Chambon-sur-Lignon (voir liens) DR.

 

Pour mieux approcher cette histoire unique en France, la Mairie du 20e propose jusqu’au 13 mars une exposition intitulée :
La banalité du bien - Le Chambon sur Lignon, plateau refuge (1940-1944).

 

Cette exposition rassemble :

 

- des extraits du documentaire de Pierre Sauvage, Les armes de l’esprit (1987). Ce sont essentiellement des entretiens réalisés avec deux villageoises qui ont participé personnellement au sauvetage de réfugiés juifs tout en estimant que leur geste n’avait rien d’héroïque mais était tout simplement "naturel"…

- en Français, en Hébreu et en Anglais, 35 panneaux illustrés de nombreuses photographies d’époque présentant le village, la région, les traditions culturelles et religieuses qui firent du Chambon-sur-Lignon un refuge pour tous les persécutés (prêtres catholiques pendant la Terreur, républicains espagnols, Juifs) et une terre d’accueil pour les enfants de mineurs de St Etienne au XIXe et au XXe siècles.

Réalisée par le musée Bar-David du kibboutz Baram (Israël), cette exposition a été conçue sous la direction de l’historien Ely Ben-Gal, lui-même réfugié au Chambon durant la Seconde guerre mondiale.

Et pour clore cette page, une vidéo : "L'honneur du Chambon-sur-Lignon".
Premier Prix du Concours 2008 sur la Résistance, ce document a été réalisé par les élèves de 3e du Collège Ponsard (Vienne). Au milieu des soubresauts du révisionnisme, voici des jeunes qui donnent encore à ne pas désespérer de l'avenir !

 

Notes :

(1) Dictionnaire des Justes de France, sous la direction d'Israël Gutman, édition établie par Lucien Lazare, préface de Jacques Chirac, Yad Vashem Jérusalem - Fayard Paris, 2003, 596 p.