Galeries du Réseau Villes et Villages des Justes de France

Les Justes parmi les Nations de Chavagnes en Paillers

vendredi 2 septembre 2016

Voir l'exposition de l'Institut culturel Google

La réalisation de cette exposition numérique consacrée aux Justes parmi les Nations de Chavagnes-en-Paillers (Vendée) et de sa région a été menée sous la responsabilité du Comité Français pour Yad Vashem dans le cadre du Réseau "Villes et Villages des Justes de France".

La région Pays de la Loire compte 175 Justes parmi les Nations dont près de 25 pour le seul département de la Vendée. Il s'agit d'un nombre relativement important si on le rapporte au faible nombre de Juifs présents dans la France de l'Ouest et notamment en Vendée.

Dans le secteur de Chavagnes-en-Paillers, plus d’une quarantaine d'enfants âgés de 2 à 14 ans ont été sauvés et six personnes ont été honorées pour leur action. Au vu du nombre d'enfants qui y ont trouvé refuge, cette bourgade de près de 3 000 personnes, profondément catholique, a su être plus qu’hospitalière. Tous les enfants n'ont pas été placés chez des paysans. Une vingtaine ont été cachés dans des institutions religieuses dont notamment l’orphelinat des Ursulines. Des dizaines d’autres enfants ont également été sauvés ailleurs dans le Sud-Vendée par des fermiers. Certains ont été reconnus comme Justes, d'autres sont restés anonymes et le demeureront probablement à jamais.

 

 

Eric Salaün, maire de Chavagnes-en-Paillers

"La modernité et la puissance de l’outil internet permettent à travers cette exposition numérique une contribution active au témoignage du passé, de l’histoire:

  • l’histoire de dizaines de familles qui ont accueilli à Chavagnes-en-paillers plus d’une quarantaine d’enfants juifs, sous l’occupation allemande.
  • l’histoire d’hommes et de femmes, l’histoire de Chavagnes et de ses villages, qui ont eu le courage d’accueillir et de protéger de 1941 à 1944 des enfants en danger de mort parce que nés juifs.

C’est ce que nous pouvons lire sur la plaque commémorative visible sur la Place des Justes. C’est le témoignage de la reconnaissance des enfants cachés. Ces enfants cachés pendant la guerre participent à la vie locale, fréquentent l’école, les offices religieux au nez et à la barbe de l’armée allemande retranchée au petit séminaire.

De nombreuses années après, la vérité, la reconnaissance de ces hommes et ces femmes qui en France, en Europe ont contribué à faire que d’autres puissent vivre, tout simplement, apparaît au grand jour.

David Fuchs, enfant caché disait en 1999 : "Alors qu’un sombre nuage de haine envahissait l’Europe, des lueurs de lumière et d’amour apparaissaient dans des lieux les plus humbles comme Chavagnes-en-Paillers. Alors que disparaissaient nos familles naturelles dans la fumée des trains précédant celle des fours crématoires, d’autres familles ici à Chavagnes-en- Paillers, nous ouvraient grand leur bras et leurs cœurs."

Aujourd’hui, dans un monde encore perturbé par la haine et la cruauté, cette exposition numérique contribue à animer en nous la générosité, l’amour et la solidarité bien nécessaire."

Carte de la Vendée

Lire la suite

Les Justes parmi les Nations de Lombron (Sarthe) et de sa région

jeudi 9 juin 2016

Voir l'exposition de l'Institut culturel Google

Tous les dossiers des Justes parmi les nations de la Sarthe Espace Guitton

 

visitez le site de la ville

voir le lieu de mémoire

 

La Sarthe est l'un des départements où le nombre de "Justes" est parmi les plus importants si on le rapporte à sa population totale et en prenant en compte le contexte historique (zone occupée dès 1940, présence allemande très marquée, propagande antisémite, etc.). En plus des 69 hommes et femmes qui, à ce jour, ont été honorés en tant que "Justes parmi les Nations", il convient de tenir compte des sauveurs anonymes qui sont vraisemblablement très nombreux.

Dans la petite commune rurale de Lombron où plus d’une dizaine d’enfants ont été cachés, il y a eu aussi des sauveurs qui, sans être pour autant anonymes, n'ont pas encore été reconnus comme Justes. 

 

Liste des Justes de la sarthe
Lire la suite

Les Justes parmi les Nations de Saint-Amand-Montrond et de son arrondissement

jeudi 12 février 2015

Voir l'exposition de l'Institut culturel Google

visitez le site de la ville

voir le lieu de mémoire

Square de la place principale

La réalisation de cette exposition numérique consacrée aux Justes de Saint-Amand-Montrond a été menée sous la responsabilité du Comité Français pour Yad Vashem, dans le cadre du projet « Villes et villages des Justes de France. »

Saint-Amand-Montrond et sa région présentent un très grand intérêt du point de vue historique car les événements survenus dans cette partie du Berry pendant la dernière guerre ont été divers et nombreux. L'arrondissement de Saint-Amand était constitué de la partie non occupée du département du Cher, au sud de la ligne de démarcation.

Beaucoup de Juifs se sont réfugiés ou cachés-là. Certains y ont été arrêtés, la plupart pour être déportés ensuite sans retour. Quelques-uns, même, y ont connu une mort tragique comme ceux que la Milice et la Gestapo ont sauvagement assassinés en juillet aux abords de Bourges, dans les puits de Guerry.

La plupart de ceux-là ont été déportés ensuite sans retour ou exécutés sommairement par la Milice et la Gestapo comme ce fut le cas en juillet et août 1944 aux abords de Bourges.

Ainsi, des événements survenus à Saint-Amand pendant la phase qui a précédé la Libération ont parfois eu un prolongement ailleurs dans le département, notamment à Bourges où la Gestapo et ses affidés étaient particulièrement actifs. Il est vrai que de nombreuses actions de résistance civile et militaire ont été menées dans le Cher, et en tout premier lieu dans la région Saint-amandoise où plusieurs personnes ayant sauvé des Juifs ont reçu le titre de Justes parmi les Nations. 

Lire la suite