L’attitude de l’Eglise catholique de France

Monseigneur Saliège L’Eglise catholique de France est marquée par son anticommunisme et un antijudaïsme ancestral. Elle soutient fortement le gouvernement de Vichy dont elle attend une rupture avec la politique laïque de la IIIème République et des mesures en faveur de "l’école libre".

Les autorités religieuses n’émettent aucune protestation contre la politique antisémite de l’Etat français ni contre les persécutions à l’encontre des juifs. Jusqu’à la fin de 1942, elles se taisent et demandent au clergé de faire de même.

Cependant une minorité de catholiques s’oppose dès 1940 au régime et entre en résistance.

Des actes de solidarité en faveur des juifs se manifestent de la part de fidèles, de prêtres et d’institutions religieuses. En Vendée, terre chouanne, l’influence de l’Eglise est très grande.

Bulletin paroissiale annonçant la visite de l'évèque Cazaux

Un évêque fidèle à Vichy, Monseigneur Antoine-Marie CAZAUX  (1897-1975)

Evèque Antoine-Marie Cazaux Nommé évêque de Luçon à l'âge de 44 ans en octobre 1941, c’est un homme dynamique qui a été décoré pour faits d’armes pendant la guerre 14-18.

Admirateur fervent de Pétain, qu’il dénomme "le Maréchal miraculeux", il ne proteste ni contre le statut des juifs, ni lors des rafles de 1942, ni lors de celle du 31 janvier 1944.

Il prend seulement quelque distance en n’évoquant plus le nom de Pétain dans le bulletin de son diocèse "La semaine catholique".

 

 

 

 

 

 

 

 

L'engagement d’un prêtre : L’Abbé CROUZAT (1870-1945)

Abbé Henri Crouzat Curé de Chavagnes depuis 1912, l’Abbé Crouzat est une figure charismatique et a une forte influence morale sur le comportement de ses paroissiens.

Antinazi dès la première heure, il appelle à "s’opposer à la suprématie territoriale de l’orgueilleuse Allemagne" et à "châtier et humilier les païens nazis". Ses sermons et ses bulletins paroissiaux éveillent les consciences et ses paroissiens répondent à ses appels pour cacher des enfants juifs. Respectueux de l’identité des enfants, il veille à ce que l’on ne les convertisse pas pour "sauver des âmes".