Les prémices du sauvetage

Dès l’été 1942, hommes, femmes, enfants, voire des familles entières, sont arrêtés.

En août 1942, le gouvernement de Vichy livre aux Allemands 10.000 juifs extraits des camps d’internement ou raflés dans le Sud de la France.

L’opinion de la population évolue. Des dignitaires de l’Eglise, Monseigneur Saliège, Archevêque de Toulouse, Monseigneur Gerlier, Archevêque de Lyon, Monseigneur Théas, Evêque de Montauban, dénoncent les persécutions à l’encontre des juifs.

Des filières de sauvetage associant juifs et non-juifs se mettent en place, notamment pour la sauvegarde des enfants.