Des gendarmes Justes parmi les Nations à St-Martin Vésubie

 

None

Unies par leur histoire commune: les familles Fougère et Mangon ainsi que Cécile et Jean-Claude Dreyman, enfants cachés (DR).

Cécile et Jean-Claude Dreyman
furent sauvés par deux familles de gendarmes
les Fougère et les Mangon...

La cérémonie de reconnaissance de ces Justes parmi les Nations s'est déroulée le 5 septembre 2010 à Saint Martin Vésubie.
A titre posthume, Mme Peri-Probstein, Consul d'Israël à Marseille, a remis les médailles et diplômes aux enfants des Justes.

 

Synthèse du dossier Yad Vashem :

- "Maurice DREYMANN est arrivé en France en 1933. Il se marie à Metz avec Hélène LILIENBAUM en 1936. Une fille, Cécile, naît en 1937, à Lille où ils habitent. Maurice s’engage dans la Légion Etrangère pour défendre la France, la terre qui l’a accueilli. Après la débâcle de 1940, les DREYMANN et les parents d’Hélène s’installent à Savigny-sur-Faye (Vienne). C’est là que naît leur fils Jean-Claude en 1942.

Au printemps 1943, ils partent à St-Martin-de-Vésubie où ils logent en face de la gendarmerie.

En septembre, lors du repli des Italiens, Maurice part aussi vers l’Italie. Les gendarmes de St-Martin conseillent alors à Hélène – enceinte de 8 mois – de fuir avec sa mère et ses sœurs et de se cacher dans la montagne."

 

None

Debout, les enfants cachés : Jean-Claude et Cécile Dreyman (DR).

 

"Le gendarme Joseph FOUGERE et sa femme proposent alors de garder Cécile. Ils ont trois enfants, en mettent un en garde chez la grand-mère, et prennent Cécile à la place, ce qui leur fait toujours trois enfants.

Jean-Claude, un bébé blond, est pris en charge par le Maréchal des Logis MANGON (dont la femme est blonde).

Mi-décembre 1943, Liliane LILIENBAUM – qui travaillait à l’OSE – vient rechercher les deux enfants. Cécile va dans une maison d’enfants, à Argonnex (Savoie) où elle restera jusqu’en 1945 et Jean-Claude rejoint sa mère à Vic-sur-Cère (Cantal) qui a accouché en octobre de Gérard.

Après la guerre, les DREYMANN se retrouvent à Lille. Des contacts seront maintenus entre eux ainsi que les deux familles FOUGERE et MANGON.

Il faut souligner que Joseph FOUGERE a été dénoncé pour avoir aidé des Juifs et des réfractaires. Il fut arrêté par la Gestapo, emprisonné à Nice et torturé. Il put heureusement être libéré en août 1944."

None

 

Les remerciements d'Evelyne Mangon (DR).