Beyrand Marguerite

Beyrand Jean

Année de nomination : 2003      Dossier n° 10027 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marguerite Beyrand (née Boissou)
Date de naissance : 14/12/1878
Date de décès : 23/09/1973
Profession : Cultivatrice
Particularité : Information non disponible

M. Jean Beyrand
Date de naissance : 10/12/1871
Date de décès : 23/02/1955
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Limoges
Département : Haute-Vienne
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 octobre 2004
Lieu : Mairie du XXeme arrondissement Paris ()

Personnes sauvées

Mme Colette Abouaf Perrin (née Zeif)

Mme Jacqueline Zeif

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marguerite et Jean Beyrand habitaient à Limoges (Haute-Vienne). Ils étaient agriculteurs de profession mais avaient pris leur retraite. Ils avaient déménagé de leur village natal voisin pour rejoindre leur fils, garagiste, installé avec sa famille à Limoges. Vers la fin de l’année 1942, ils accueillirent sous leur toit deux sœurs d’origine juive Jacqueline Zeif, 17 ans, et Colette, 5 ans. Leur mère avait été arrêtée à Paris en juillet 1942 et déportée dans l’Est. Ses filles furent acheminées à Limoges où était caché leur père. Elles vécurent d’abord chez des proches et des amis jusqu’à l’arrestation et la déportation de leur père en 1943. Elles furent alors recueillies par les Beyrand à titre gracieux. Ils leur donnèrent leur nom pour l’établissement de faux papiers d’identité. Colette était considérée comme la sœur de leur petit-fils Noël du même âge qu’elle. Elles furent choyées et aimées comme des membres de la famille. Lors d’une visite de deux délateurs, les Beyrand organisèrent la fuite des deux réfugiées par le portail arrière de leur jardin. Ils avaient pris d’énormes risques, la kommandantur allemande se trouvant à deux pas de leur domicile. Leur motivation était « le respect de l’autre et leur sens de l’humain ». Jacqueline et Colette leur ont voué une reconnaissance sans bornes.     

Le 28 mai 2003, Yad Vashem Jérusalem a décerné à Marguerite et Jean Beyrand le titre de Juste parmi les Nations

 

Le témoignage

La famille ZEIF vivait à Paris ; elle était composée , outre les parents , de deux filles, Colette Zeif, épouse Perrin (née le 1er octobre 1936) et Jacqueline, née le 17 janvier 1925 (décédée).

En 1942, la mère est déportée, en 1943 c'est le père, à Limoges.

Les deux soeurs cherchent à se cacher .Elles rencontrent Monsieur et Madame BEYRAND (Jean né le 10 décembre 1871, décédé en 1955) et Jeanne, née le 14 décembre 1878, décédée en 1973).

Les Beyrand les recueillent, les protègent, les chérissent. Après la guerre les relations ont continué.

C'était le dimanche 9 avril 1944. Eva se rendait à Paris où elle avait trouvé un emploi, munie de faux papiers, et après avoir quitté tristement ses parents. Elle avait 22 ans.

A peine sortie de chez elle, elle est arrêtée lors d'un contrôle d'identité et conduite à la prison de Limoges, où elle est enfermée avec six autres femmes.

Le mercredi 12 avril, après trois jours sans s'alimenter, elle est conduite avec ses compagnes à la gare de Limoges. Un train, où se trouvent aussi des femmes avec des enfants, les emmène vers une effrayante destination. Eva décide de s'évader. Avec l'aide de ses compagnes, elle se cache sous une banquette, morte de peur. Le train se vide .Un bruit de pas, c'est l' angoisse. Mais il s'agit d'un cheminot, il la voit, ne dit rien et repart.

Eva descend entre deux voies et se cache dans un baraquement. Trois cheminots la découvrent et elle se sent perdue. Mais ils décident de la sauver . Ils lui font enfiler une veste de travail, dissimulent son manteau, l'installent sur un chariot et la font sortir de la gare d'Austerlitz. Ils lui donnent un ticket de métro et lui recommandent de se rendre à la station Saint –Marcel , moins exposée.

Elle est saine et sauve. Par la suite, elle s'engage dans la 1ère Armée contre l'occupant.

Eva regrette de n'avoir pu , depuis 60ans, remercier ces courageux cheminots qui l'ont sauvée de l' horreur des camps, elle est heureuse de pouvoir les évoquer à l'occasion de cette cérémonie.

 

Jean BEYRAND Marguerite BEYRAND