Haessler Honoré

Année de nomination : 2004      Dossier n° 10030 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Honoré Haessler
Date de naissance : 04/09/1894
Date de décès : 23/08/1966
Profession : Gendarme
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Solignac
Département : Haute-Vienne
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 14 avril 2005
Lieu : Mairie de Saint Louis (68300)

Personnes sauvées

Ach

M. Claude Ach

Mme Colette Borach

Mme Annette Chouraqui (née Lévy)

M. Claude Heimendinger

Mme Elsa Imbert

M. Gaston Lévy

Mme Renée Lévy

Lieux de mémoire

Plaque aux "Justes parmi les Nations" à Solignac
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Honoré HAESSLER Honoré Haessler, originaire d’Alsace, était gendarme de la brigade locale à Solignac (Haute Vienne) de 1941 à 1943. En 1914-1918, il avait été engagé volontaire dans l’armée française. Son action exemplaire se situe dans une ambiance particulière, compte tenu de l’attitude bienveillante des habitants envers les Juifs, plus de 65, réfugiés dans la localité d’où seule une famille fut déportée. Il prévenait systématiquement les familles juives de l’arrivée des Allemands. Honoré agissait en étroite relation avec l’Abbé Robert Bengel*, aumônier de l’école d’instituteurs d’Obernai repliée à Solignac, et lui procurait laissez-passer, sauf-conduits et cartes d’identité. Des témoins se souviennent comment la gendarme a martelé à une heure du matin la porte d’une femme juive et son bébé afin de les faire fuir avant leur arrestation prévue à l’aube suivante. Le 13 mai 1944, Honoré Haessler envoya sa femme à Paris remettre des faux papiers à la belle-sœur d’un réfugié juif, Melamed, âgée de 23 ans, qu’elle ramena en train. Il aida la famille Heimendinger, prévenue par lui d’une rafle, à trouver refuge dans la grange d’une voisine. Les Borach, domiciliés au Vigen proche, ainsi que les familles Ach, Heimendinger et Lévy ont témoigné comment Honoré Haessler a contribué à leur survie. Le couple Imbert et sa fille Elsa, 8 ans, avertis par le gendarme, ne réussirent pas à s’enfuir. Arrêtés et déportés, ils sont les seules victimes juives parmi les réfugiés à Solignac.

 

 

Le 3 février 2004, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Honoré Haessler le titre de Juste parmi les Nations.

 

La gendarmerie Photos d'époque Photos d'époque Cérémonie Cérémonie Honoré Haessler
Exposition: Désobéir pour sauver