Gallien Adèle

Gallien Henri

Année de nomination : 2004      Dossier n° 10275 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Adèle Gallien (née Chevallier)
Date de naissance : 29/04/1899
Date de décès : 31/03/1984
Profession : Fermière
Particularité : Information non disponible

M. Henri Gallien
Date de naissance : 19/07/1896
Date de décès : 22/04/1977
Profession : Fermier
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : La Tour-du-Pin
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 11 avril 2005
Lieu : Salle des Fêtes de Saint Clair de la Tour ()

Personnes sauvées

Mme Perle Dechentinnes (née Librati)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Henri Gallien Henri et Adèle Gallien possédaient une modeste ferme à Saint Clair de la Tour (Isère). En 1943 ils accueillirent la petite Perle Librati, 11 ans, appartenant à une famille juive de douze enfants vivant à Saint Fons (Rhône).  Un commissaire de police les avait avertis de l’imminence d’un danger et c’est le directeur de l’usine  à gaz de Saint Fons où travaillait son père, Georges Amblard*, qui avait décidé de confier la petite fille à la famille Gallien, par l’intermédiaire d’un groupe de résistants. Il se préoccupa également de mettre à l’abri les autres enfants de la famille, alors que l’aîné, Max, avait déjà été déporté.

Lorsque Perle lui fut confiée, Henri la prit par la main et elle fut reçue de grand coeur dans la famille où il y avait un fils de 9 ans, Roger. Elle dormait dans un grenier aménagé en grande chambre pour elle et le fils. Perle n’allait pas à l’école, mais gardait les vaches bien qu’en fait tous les habitants aient été au courant de la présence d’une petite réfugiée juive. Du haut de la prairie, elle voyait passer les soldats allemands. Perle avait la chance de pouvoir de temps à autre retrouver des membres de sa famille, tous cachés dans la région. Le dimanche, les Gallien conduisaient Perle à La Tour du Pin auprès de sa mère, employée comme cuisinière par un groupe de résistants. La force de la conviction religieuse du père de famille jointe à l’affection des Gallien lui ont permis de traveser cette période troublée sans souffrir.

Le 27 mai 2004, Yad Vashem a décerné à Henri et Adèle Gallien le titre de Juste des Nations.

 

Le témoignage

La famille LIBRATI se composait de plusieurs enfants. Ils habitaient à Saint-Fons. Le père travaillait comme ouvrier à l'usine à gaz, dont le directeur était M. Amblard (qui a été fait Juste Parmi les Nations).

En 42, voyant la situation pour les Juifs se dégrader de plus en plus, M. Amblard a pris la décision de contacter un groupe de résistants de l'Isère, qui cachait déjà des familles juives.

En 43, le commissaire de Saint-Fons qui avait beaucoup d'estime pour M. Librati, est venu en pleine nuit pour l'avertir de partir immédiatement, car la Gestapo devait venir le lendemain arrêter toute la famille.

M. Amblard, prévoyant le pire, avait prévu une famille d'accueil pour chaque enfant. C'est ainsi que le témoin, Perle, se retrouve chez les GALLIEN, qui avaient une petite ferme à Saint Clair de la Tour (Isère).

Elle y sera cachée et choyée

 

Henri & Adèle GALLIEN