Lapeyrère Jules

Année de nomination : 2004      Dossier n° 10319 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jules Lapeyrère
Date de naissance : 09/06/1883
Date de décès : 07/06/1961
Profession : Maire
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Castin
Département : Gers
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 mars 2005
Lieu : à la mairie de Castin ()

Personnes sauvées

M. Leibovitchi

M. Leibovitchi

Mme Leibovitchi

M. Alexandre Leuchtmann

M. Jules Leuchtmann

M. Charles Leuchtmann

Mme Malvina Leuchtmann (née Friedmann)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jules LAPEYRERE Jules Lapeyrère, agriculteur, était maire de Castin (Gers). Il assuma cette charge à partir de 1910, durant trente trois ans. Ancien combattant de la Guerre de 1914-1918, il avait participé à la bataille de Verdun et y avait été gazé. Très marqué par cette expérience, il avait gardé un grand ressentiment à l’égard des Allemands. Attaché aux valeurs républicaines, il fut l’un des rares maires à ne pas prêter serment de fidélité à Pétain. Durant la période de l’entre-deux-guerres, il s’occupa de l’accueil de nombreux réfugiés et ressortissants étrangers dans la région. En 1938, M. Leuchtmann, réfugié de Hongrie, s’était établi dans le Gers. La main-d’œuvre agricole faisait défaut dans la région et il avait été embauché comme ouvrier-jardinier par la mairie d’Auch. Ensuite, il fit venir son épouse et leurs deux garçons. En 1940, la mairie d’Auch leur trouva un refuge dans une ferme proche de Castin où toute la famille fut employée aux travaux agricoles, les fils ne pouvant poursuivre leurs études du fait de la législation anti-juive de Vichy. Naturalisés français en 1940 mais recensés, leurs cartes d’identité portaient depuis décembre 1942 la mention « Juif ». Afin de les protéger de l’arrestation, Jules Lapeyrère leur établit quatre nouvelles cartes d’identité officielles omettant le tampon infamant grâce auxquelles les Leuchtmann purent survivre jusqu’à la fin de la guerre. Il en fit de même pour la famille Leibovitchi, composée de six personnes. Les risques que Jules Lapeyrère encourai étaient énormes puisque son secrétaire de mairie, qu’il avait lui-même nommé pour lui assurer un salaire régulier, faisait partie de la Milice. Après la guerre, on découvrit dans le village une liste de personnes soupçonnées par les autorités pour opposition au régime. Elle comprenait le nom de Jules Lapeyrère et celle du curé de Castin, Théodore Claverie. Jules Lapeyrère avait sauvé la vie de dix personnes en danger.    

Le 18 juillet 2004, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jules Lapeyrère le titre de Juste parmi les Nations.

 

Claude LAPEYRERE de gauche à droite Robert MIzrahi, le consul géneral Arié Avidor, Pierre Antoine LAPEYRERE et son frère Claude M. Charles LEUCHTMANN, personne sauvée