Licini Alphonse

Licini Marthe

Année de nomination : 2005      Dossier n° 10702 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Alphonse Licini
Date de naissance : 07/03/1914
Date de décès : 25/06/2004
Profession : Comptable
Particularité : Démobilisé

Mme Marthe Licini (née Choley)
Date de naissance : 03/02/1896
Date de décès : 21/06/1978
Profession : Commerçante (épicière)
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Marie Jakobowicz

Mme Chaja Jakobowicz (née Szajnert)

M. Gilles Koslowski

M. Jules Kozlowski

Mme Rachel Kozlowski (née Jakobowicz)

Mme Marie Rosner

Mme Stern

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Alphonse Licini   Marthe Licini Marthe Licini, appelée « Madame Georges » du nom de son compagnon, tenait avec son fils Alphonse une épicerie au 13 rue de Picpus à Paris 12ème. Elle était d’origine lorraine et avait opté pour la France durant la Guerre de 1914-1918. Mariée à un Italien, elle s’en sépara et vivait en union libre avec Georges Bonnet, son associé. « Tout le quartier savait qu’elle était contre l’occupation allemande, les boches, disait-elle » et qu’elle était prête à aider les personnes en détresse. La famille Jakobowicz, Juifs d’origine polonaise, était cliente de l’épicerie depuis de longues années. M. Jakobowicz fut arrêté et interné à Beaune-la-Rolande en mai 1941, déporté à Auschwitz en juin 1942 et mis à mort. Sa femme et sa fille Marie, prévenues de la rafle imminente du 16 juillet 1942, dormirent la veille au soir chez une voisine, Mme Bergoune. Le lendemain matin, la concierge, Mme Caron, communiste espagnole, leur signala que les gendarmes étaient passés à leur domicile. Elle leur offrit de les cacher dans sa cave et ensuite dans une chambre vide du 7ème étage dont elle avait la clé. Elle les mit ensuite en contact avec « Madame Georges » qui les cacha quelques nuits dans son arrière-boutique. Un cousin, lui aussi menacé d’arrestation, vint se joindre à elles. Alphonse, qui avait fait la campagne militaire de 1939-40, mit à profit ses liens avec ses compagnons de régiment pour leur faire passer clandestinement la ligne de démarcation. Une tante et son fils vinrent se joindre à l’opération. Ils passèrent la nuit précédant leur départ dans l’arrière-boutique de l’épicerie où logèrent neuf personnes. Les fugitifs réussirent à rejoindre des proches à Mâcon. D’autres Juifs menacés, tels Marie Rosner et Mme Stern, trouvèrent refuge dans l’arrière-boutique de la rue de Picpus. Dispensé du STO parce que sa femme était enceinte, Alphonse participa à la Libération de Paris. Lui et sa mère ont sauvé la vie de nombreux Juifs à des moments critiques.        

Le 27 octobre 2005, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marthe Licini et son fils Alphonse le titre de Juste parmi les Nations.

 

Le témoignage

Au moment de la déclaration de la deuxième guerre mondiale, Marthe LICINI, tenait, avec son fils Alphonse, une épicerie au 13, rue de Picpus à Paris dans le 12èmearrondissement. Marthe était d'origine lorraine et avait opté pour la France durant la Guerre de 1914-1918. Mariée à un Italien, elle s'en était séparée et vivait en union libre avec son associé, Georges Bonnet. Tout le monde, dans le quartier l'appelait " Madame Georges ". Tous savaient qu'elle était farouchement opposée à l'occupation allemande et qu'elle était prête à aider les personnes en détresse.

La famille JAKOBOWICZ, des Juifs d'origine polonaise, était cliente de l'épicerie depuis de nombreuses années. Dès le mois de mai 1941, Monsieur JAKOBOWICZ fut arrêté et interné à Beaune-la-Rolande. En juin 1942, il fut déporté à Auschwitz d'où il ne revint jamais. Sa femme et sa fille Marie, prévenues de l'imminence de la rafle qui devait avoir lieu les 16 et 17 juillet 1942, allèrent dormir la veille chez une de leurs voisines. Le lendemain matin, la concierge de l'immeuble, Madame Caron, communiste espagnole, leur signala que les gendarmes étaient passés à leur domicile. Elle leur offrit de les cacher dans sa cave et ensuite dans une chambre vide du 7ème étage dont elle avait la clé. Elle les mit ensuite en contact avec " Madame Georges " qui les cacha plusieurs nuits de suite dans son arrière-boutique. Un cousin de Madame JAKOBOWICZ, menacé d'arrestation lui aussi, vint se joindre à elles. Alphonse, le fils de Marthe LICINI, avait fait la campagne militaire de 1939-40. Il mit à profit ses liens avec certains de ses compagnons de régiment pour faire passer clandestinement la ligne de démarcation à Madame JAKOBOWICZ et à sa fille Marie. Une tante et son fils vinrent les rejoindre pour tenter aussi de rejoindre la zone libre. Tous passèrent la nuit précédant leur départ dans l'arrière-boutique de l'épicerie de " Madame Georges " où s'entassèrent neuf personnes. Guidés par Alphonse, les fugitifs réussirent franchir la ligne de démarcation et à rejoindre des proches à Mâcon. D'autres Juifs menacés, tels Marie Rosner et Madame Stern, trouvèrent également refuge dans l'arrière-boutique de l'épicerie de la rue de Picpus. Dispensé du STO parce que sa femme était enceinte, Alphonse participa ensuite à la Libération de Paris. Sa mère et lui sauvèrent de nombreux Juifs de la déportation et de la mort.

L'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marthe LICINI et à son fis Alphonse le titre de Juste des Nations le 27 octobre 2005. C'est Monsieur Georges LICINI qui recevra, des mains de l'Ambassadeur d'Israül, la médaille des Justes décernée à sa mère et à son frère à titre posthume.

 

Marthe LICINI Alphonse LICINI 1941 mariage de Alphonse et Andrée au centre à gauche MARTHE Licini De gauche à droite Marthe Licini sa belle fille Andrée et son fils Alphonse vers 1942 Alphonse Licini en 1940 Monsieur JAJAKOBOWICZ père en 1941 à beaune la Rolande