Ribas Alice

Ribas Isidore-Emile

Année de nomination : 2005      Dossier n° 10703 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Alice Ribas (née Maurel)
Date de naissance : 27/02/1896
Date de décès : 28/11/1976
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Isidore-Emile Ribas
Date de naissance : 18/09/1893
Date de décès : 18/08/1957
Profession : Artisan maçon
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Carmaux
Département : Tarn
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 1 juillet 2007
Lieu : Mairie de Carmaux (81400)

Personnes sauvées

Mme Régine Sigal (née Pidhorz)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Alice & Emile Ribas Alice et Isidore Emile Ribas, de confession protestante, résidaient à Carmaux (Tarn). Il était maçon et le couple, sans enfants, habitait un petit pavillon jumeau et mitoyen de celui du frère d’Alice, Raymond Maurel. En fin 1942, il reccueillit Régine Pidhorz, une petite fille juive de 2 ans, et l’hébergea jusqu’à la Libération, à titre gracieux. La famille Pidhorz s’était repliée de Piennes (Meurthe-et-Moselle) à Carmaux, à proximité du lieu de démobilisation du père. Ses deux enfants avaient d’abord été placés par les soins de l’OSE à Châteauroux et ensuite repris par leurs parents. Mais devant l’aggravation des rafles à l’encontre des Juifs, la famille avait décidé de se disperser. M. Pidhorz subsista de petits travaux saisonniers soit dans les mines soit dans les vignes proches, dormant dans des granges. Mme Pidhorz et son fils Louis ont eux aussi erré de cache en cache. Par l’intermédiaire du réseau de sauvetage du Pasteur Albert Delord*, Régine fut placée chez les Ribas. Ils avaient accueilli auparavant d’autres enfants juifs, dont Ruth une petite blonde avec des tresses. Comme Alice était très impliquée dans les activités de sa communauté, les habitants pensaient qu’il s’agissait d’enfants des grandes villes, venues à Carmaux pour se mettre à l’abri des bombardements et avoir une meilleure nourriture. Le couple éleva Régine comme sa propre fille. Alice qu’elle appelait « Tantine », la soigna, l’habilla et la nourrit avec amour jusqu’à la Libération. Sa mère et son frère lui rendirent quelques visites mais sans dévoiler que Régine était de la famille. Les Pidhorz se regroupèrent à la fin de la guerre et ont conservé des liens durables avec les Ribas qui avaient sauvé Régine.      

Le 27 octobre 2005, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Alice et Isidore Emile Ribas le titre de Juste parmi les Nations.

 

Alice et Emile Ribas