Balthazard Ernest

Année de nomination : 2005      Dossier n° 10744 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Ernest Balthazard
Date de naissance : 17/01/1881
Date de décès : 07/09/1972
Profession : Directeur du Secours National
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Annemasse
Département : Haute-Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 17 octobre 2013
Lieu : Maison des Associations de Labaroche (68910)

Personnes sauvées

Mme Marianne Cohn

M. Sam (Wolf) Jacquet (Jakubowitz)

M. Sam Jacquet (né Jakubowitz)

Mme Alice Lentz (née Podstolski)

M. Georges Loingier

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Ernest Balthazard Ernest Balthazar était responsable du Centre d’Accueil du Secours National à Annemasse (Haute-Savoie). Il oeuvrait en étroite liaison avec Jean Deffaugt*, le maire. Alsacien réfractaire de l’armée allemande, il apporta un soutien indispensable aux membres du Réseau Garel lié à l’OSE, chargé du passage clandestin d’enfants juifs en Suisse. Georges Loinger, un des responsables du Réseau, s’était lié d’amitié avec M. Balthazar dès l’année 1943 sur la base de leurs origines alsaciennes communes. Ils travaillèrent en collaboration étroite jusqu’à la Libération. M. Balthazar accueillit et hébergea dans son Centre d’Accueil des groupes d’enfants clandestins jusqu’à leur départ en Suisse. Les enfants étaient munis de faux papiers et le passage en Suisse comprenait d’énormes risques. Balthazar avait balisé entre le quai de la gare et le Centre d’accueil un parcours réservé aux « Colonies de vacances », contournant et évitant les points de contrôle des Allemands. Ce procédé a permis de sauver plus de trois cents enfants. Le 31 mai 1944, Marianne Cohn et le groupe qu’elle conduisait par la route furent arrêtés et emprisonnés dans la sinistre prison de l’Hôtel Pax d’Annemasse. Deux des enfants emprisonnés, Sam Jacquet et Alice Podstolski, âgés de 16 ans, se souviennent du soutien moral et matériel que M. Balthazar leur apporta. Il se chargea de la distribution de la nourriture et alerta leurs proches en transmettant du courrier clandestin. Il leur fournit des produits de première nécessité, tels dentifrice, savon et mouchoirs. Il leur remonta le moral et les informa de l’évolution de la guerre, du débarquement allié et de la percée de l’Armée Rouge. Les enfants survécurent et virent la Libération. Marianne Cohn paya son engagement de sa vie. Elle fut assassinée par des miliciens le 8 juillet 1944, à Ville la Grand.   

Le 26 décembre 2005, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Ernest Balthazar le titre de Juste parmi les Nations.

 

 

Le témoignage

Les trois témoins de ce dossier étaient des enfants pendant la guerre. Ils avaient environ 15-16 ans. Il s'agit de Sam Jacquet (ex Wolf Jakubowitz) Georges Loinger et Alice Lentz (née Pdstolski).
Tous trois faisaient partie du " convoi de Marianne Cohn ", venant de Limoges, le 31 mai 44. Ils ont été transférés à la prison du Pax à Annemasse.
Trois fois par jour, M. Balthazar, responsable du Secours National à Annemasse, venait voir les enfants pour leur distribuer les repas. Il en profitait pour soutenir leur moral et leur apporter quelques menues choses pas trop visibles en raison du danger. Les Allemands, qui s'étaient aperçus de son manège, lui avaient fait des menaces extrêmement précises mais il n'en tenait pas compte
Alice Lentz témoigne qu'elle avait réussi à glisser dans sa poche un petit mot pour ses parents, et qu'il le leur avait fait suivre.

 

Eugène Balthazard avec un groupe de juifs en 1944