Mora Théodore

Année de nomination : 2007      Dossier n° 10838 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Théodore Mora
Date de naissance : 18/01/1892
Date de décès : 16/10/1957
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Mesplede
Département : Pyrénées-Atlantiques
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Annette Rotcejg (née Mlynarski)

M. Gilbert Serpin (né Sierpinski)

M. Salomon Sierpinski

Mme Rywka Sierpinski

Lieux de mémoire

Place des Justes à Mazerolles
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Mora Théodore

Théodore Mora était fermier et vivait à Mesplède avec sa femme et sa fille Yvonne dans les Pyrénées-Atlantiques. Sa belle-sœur Elise Mora habitait avec son fils Michel dans le même village. La famille Mora fit connaissance avec les familles Mlynarski et Sierpinski pendant l’été 1940, après l’occupation de la France par les Allemands en juin 1940, quand des millions de civils français abandonnèrent Paris et s’enfuirent vers le sud. Les deux familles furent accueillies par Théodore Mora dans sa ferme. Madame Mlynarski et Madame Sierpinski étaient sœurs.

Quand la situation s’apaisa les Mlynarski retournèrent à Paris mais les Sierpinski décidèrent de rester à Mesplède. Salomon Sierpinski fut arrêté et envoyé dans le camp de Gurs. Théodore contacta le commandant du camp lui demandant l’autorisation de faire travailler Salomon dans sa ferme. Ils se mirent d’accord pour que Salomon retourne à Mesplède. Salomon fut arrêté de nouveau en février 1943 et renvoyé à Gurs. Cette fois-là, quand Théodore Mora réitéra sa demande, elle fut refusée. Salomon fut envoyé à Drancy puis par le convoi N° 51 le 6 mars 1943 à Maidanek, où il fut assassiné.

Sa femme Rywka Sierpinski et son fils Gilbert âgé de 10 ans s’enfuirent à Voiron en Isère. Rywka réussit à obtenir des faux papiers et trouva du travail comme femme de ménage dans une institution catholique polonaise. Elle écrivit à Elise Mora pour lui demander de lui faire parvenir le certificat de naissance de son fils Gilbert qui avait le même âge que son fils Michel. Elise lui envoya le document et c’est ainsi que Gilbert put vivre normalement et aller à l’école à Voiron sous l’identité de Michel Mora. Envoyer un tel certificat à des fugitifs était un acte qui mettait en danger la famille Mora car les gendarmes avaient aussi un mandat d’arrestation pour Rywka et Gilbert.

A Paris, Annette Mlynarski, âgée de dix-sept ans et sa mère dont le mari était prisonnier de guerre dans un camp en Allemagne sentirent le danger grandissant pour les Juifs de rester à Paris et décidèrent de s’enfuir. Elles arrivèrent à Voiron. Elles écrivirent à Théodore Mora lui demandant d’envoyer le certificat de baptême et le certificat de naissance de leur fille Yvonne, ce qu’il fit. Annette utilisa sa nouvelle identité pour inscrire Yvonne à l’école de Voiron et elle vécut sous l’identité d’Yvonne Mora jusqu’à la Libération de la France.

Après la guerre Rywka Serpinski et son fils Gilbert et les Mlynarski retournèrent à Paris. Ils perdirent tout contact avec la famille Mora et les retrouvèrent au début des années 2000.

 

Le 14 janvier 2007, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Théodore Mora et à sa belle-soeur Madame Elise Mora.