Bousquet Jean-Albert

Année de nomination : 2006      Dossier n° 10885 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean-Albert Bousquet
Date de naissance : 05/03/1886
Date de décès : 01/04/1944
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Sainte-Orse
Département : Dordogne
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 30 septembre 2007
Lieu : Mairie de Saint Orse (24210)

Personnes sauvées

M. Armand Bloch

Mme Henriette Bloch

Mme Simone Bloch (née Lehmann)

M. Fernand Cahn

M. Maurice Cahn

M. Raymond Cahn

Mme Blanche Cahn (née Lehmann)

M. André Lehmann

Lieux de mémoire

Stèle Jean-Albert Bousquet
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jean-Albert Bousquet Fernand et Blanche Cahn née Lehmann, natifs de Zellwiller ( Bas-Rhin ) habitaient Wasselonne, où Mr Cahn était marchand de bestiaux. Après la mobilisation de celui-ci, Mme Cahn est retournée chez son père Camille Lehmann à Barr.En juillet 1940 la famille est expulsée en camion par les allemands jusque dans le Jura près de Lons-le Saunier. Suivent des pérégrinations par Lyon, puis dans des baraquements près de Castellane, enfin à Ste Orse (Dordogne ) fin 1940 où la famille est logée au lieu-dit " La Tannerie ". En 1942, après le retour de captivité de Fernand Cahn, la famille déménage à Rozas, hameau rattaché à Ste Orse. Le samedi matin 1er avril 1944, qui possédait une ferme à Rozas avertit la famille Lehmann hébergée dans une petite maison lui appartenant de prévenir tous les réfugiés juifs de ce hameau que les allemands étaient arrivés à Ste Orse et qu'ils devaient vite aller se cacher dans une borie dans les bois.Mme Bousquet conseilla à son mari, qui était en relation avec la Résistance, de se cacher également, mais Mr Jean Bousquet réfuta : " Ils ne viendront pas jusque là ! " Malheureusement, une demi-heure plus tard, une section de 5 à 6 soldats allemands arriva devant le portail d'entrée de la cour, accompagnée de Mme Lehmann qu'ils avaient arrêtée à Rozas et qui leur servit d'interprète ; l'un des allemands cria : " Monsieur Bousquet, Mr Bousquet ! ". Effrayé par les soldats armés, le petit Jean-Claude Bousquet - âgé de 9 ans et demi - s'enfuit à travers champs, essuyant quelques coups de feu. Réalisant l'inquiétude de sa mère, il revint par le bois situé derrière la maison. Deux soldats allemands firent sortir la famille Bousquet pendant que les autres fouillèrent la maison. Mr Bousquet fut interrogé : " Vous cachez des Juifs dans votre propriété ! Vous cachez des armes ! Vous êtes un terroriste ! ". Devant le mutisme de Mr Bousquet, ils le frappèrent au visage à coups de crosse. L'autre groupe de soldats fit sortir les vaches de l'étable et mit le feu à la maison.Mr Jean Bousquet embrassa sa femme, sa belle-mère et son fils qui durent suivre 2 soldats allemands sur le chemin de Rozas. Quelques secondes après, des coups de feu retentirent, Mme Bousquet s'écria " ils l'ont tué, ils l'ont tué ! ".

Le sacrifice de Mr Jean Bousquet avait sauvé 3 familles apparentées :

  • André LEHMANN ( son épouse Marie Vogel et son fils André Bowe n'étaient pas juifs )

  • Armand BLOCH et Simone , née Lehmann et leur fille Henriette âgée d'un an.

  • Fernand CAHN et Blanche née Lehmann et leurs 2 fils : Maurice 9 ans et Raymond 7 ans

Le 10 juillet 2006,  l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Jean-Albert Bousquet.