Guy Renée

Guy Henri

Année de nomination : 2006      Dossier n° 10896 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Renée Guy (née Guillemot)
Date de naissance : 01/08/1898
Date de décès : 23/01/1962
Profession : Ouvrière dans une usine
Particularité : Laique et athée

M. Henri Guy
Date de naissance : 12/05/1889
Date de décès : 22/03/1963
Profession : Garçon de laboratoire
Particularité : Laic et athé, bléssé de 14/18

Localisation

Localite : Saint-Nicolas-des-Eaux
Département : Morbihan
Région : Bretagne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 3 décembre 2007
Lieu : Assemblée Nationale (75007)

Personnes sauvées

M. Roger Stoutzer

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Henri et Renée Guy Le couple STOUTZER s'était installé à Paris en 1926. Lui, Hirsch STOUTZER était originaire de Vilna en Lituanie, Elle, Rosa, née TANEVITZKY, était venue d'Odessa en Russie. Leur premier fils, Armand, naquit en 1927, le second Roger, en 1932. Ils habitaient 24, rue du Faubourg Poissonnière dans le 10ème arrondissement. Ils avaient un magasin de fourrures au 46 de la même rue. Pendant l'occupation, tous durent porter l'étoile jaune, les biens de la famille furent confisqués et le magasin confié à un gérant " aryen ".

Gina LIBERA était marchande de journaux. Elle était née à Forcola, en Italie en 1912 et elle avait été naturalisée française en 1935.Elle tenait un kiosque rue Richer dans le 9ème arrondissement et habitait au numéro 8 rue du Faubourg Poissonnière, tout près de chez les STOUTZER avec lesquels elle s'était liée d'amitié.

Lorsque des rafles se préparaient, les STOUTZER en étaient prévenus par des policiers compatissants et ils trouvaient refuge tous les quatre chez Gina LIBERA qui leur ouvrait sa porte sans hésiter, sans se préoccuper des risques qu'elle prenait. Cela se produisit à plusieurs reprises, au moins cinq ou six fois se souvient Roger STOUTZER, et c'est en tout plusieurs semaines qu'ils passèrent ainsi chez elle. Cet hébergement leur permit d'échapper aux rafles et d'avoir la vie sauve. Elle entassa aussi chez elle des marchandises et cacha des bijoux appartenant à un bijoutier de la famille STOUTZER et qui furent intégralement restitués après la Libération.

Pendant toute la période de l'Occupation de 1940 à 1945, Gina LIBERA envoya le jeune Roger STOUTZER, pour le mettre à l'abri, pour de longs séjours estivaux, chez son frère à Saint Nicolas des Eaux dans le Morbihan, avec son propre fils Jean Le Guiniec, chez Agustine Marie et Charles-Henri GUY qui étaient ses ex-belle soeur et ex-beau-frère. Les deux enfants qui avaient une dizaine d'années, partaient un peu avant les " grandes vacances " pour ne revenir qu'une ou deux semaines après la rentrée scolaire.

Jean Le GUINIEC, présent ici ce soir tout comme Roger STOUTZER, se souvient des bijoux qui atterrirent à Saint Nicolas et furent enterrés dans la cave de la maison avec interdiction pour lui d'en dire un mot. Il se souvient des photos d'identité qu'eut à faire son " tonton " Charles Henri GUY, qui était photographe, pour des clandestins pour leur faire des faux papiers. Il se souvient d'un couple qui fut hébergé un moment dans une maison proche, sous la protection de Marie et Charles-Henri GUY, et aussi du jour où il fut éveillé par des bruits inhabituels et vit, sur le perron, un soldat allemand qui gardait la maison. Ce qui fut heureusement sans suite. Il se souvient surtout du dévouement et de la générosité de sa tante et de son oncle et aussi des paroles de Gina LIBERA pour qui tout était normal puisque Rosette STOUTZER était " sa copine ". Quant à Roger STOUTZER, il est le dernier de sa famille à être aujourd'hui en vie et à vouloir témoigner sa reconnaissance à Gina LIBERA et à Marie et Charles Henri GUY.

Yad Vashem leur a décerné à tous les trois la médaille des Justes. Gina LIBERA la recevra elle-même des mains de Monsieur Daniel Shek Ambassadeur d'Israül à Paris. C'est Jean Le GUINIEC qui recevra la médaille décernée à son oncle et à sa tante Marie et Charles Henri GUY honorés à titre posthume.

Le 10 Juillet 2006 L’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Guy Henri et son épouse Renée ainsi qu’à Madame Libéra Gina