Henri-Robert Jeanne

Année de nomination : 2007      Dossier n° 10907 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Henri-Robert
Date de naissance : 22/04/1893
Date de décès : 17/06/1973
Profession : Sans profession
Particularité : Première épouse du Président Paul Reynaud, fille du bâtonnier de l'Académie Française

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 3 décembre 2007
Lieu : Assemblée nationale Paris (75007)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Gisèle Godlewski (née Gonse-Boas)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jeanne Henri-Robert

Gisèle Gonse habitait à Paris avec ses parents et sa jeune soeur. En 1942, sa famille s’enfuit de Paris, mais elle décida de rester pour continuer ses études d’infirmière. Pendant les grandes rafles de juillet 1942, elle se porta bénévole pour aider les familles enfermées au Vel d’Hiv dans des conditions effroyables. Elle fut arrêtée fin 1942, mais relâchée. Puis elle rejoignit un réseau de Résistance et convoya des enfants jusqu’à leurs familles d’accueil dans le nord de la France.

Gisèle fut dénoncée et arrêtée une deuxième fois. Elle fut soumise à des interrogatoires brutaux en prison, puis envoyée à Drancy. Là, elle participa à une tentative d’évasion. Tous ceux qui avaient tenté de fuir avaient été repris et mis dans le convoi N° 64 pour Auschwitz le 7 décembre 1943. Déterminée à s’échapper de nouveau, Gisèle réussit à sauter du train. Par chance, elle était encore sur le territoire français. Meurtrie et tenant à peine sur ses jambes, elle réussit à regagner Paris et à se rendre chez une amie qui l’amena chez Jeanne Henri-Robert, mariée à Paul Reynaud. Reynaud, qui était devenu Premier Ministre de la France le 21 mars 1940, avait démissionné le 16 juin 1940, quand son ministère avait préféré signé l’armistice avec l’Allemagne. Arrêté peu de temps après, il fut emmené en captivité jusqu’en 1945.

Jeanne se proposa de cacher Gisèle chez elle rue du Faubourg Saint-Honoré dans le 8ème  arrondissement de Paris. Elle courait un énorme risque en aidant son amie, sûre et certaine d’être fusillée pour avoir aidé une évadée.

Fin décembre 1943, Jeanne emmena Gisèle en zone libre à Sainte-Maxime, mais elle tomba très malade et dut retourner à Paris. Jeanne la fit soigner dans une clinique privée et la ramena chez elle pour sa convalescence. Le 15 mai 1944, les Allemands vinrent arrêter Jeanne. Gisèle l’aida à s’échapper juste à temps par l’escalier de service.


Le 22 mars 2007, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Jeanne Henri-Robert.

 

à gauche Jeanne HENRI ROBERT et à droite Gisèle GODLEWSKI