D'André Henri

D'André Simone

Année de nomination : 2006      Dossier n° 10979 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Henri D'André
Date de naissance : 30/05/1897
Date de décès : 31/01/1974
Profession : Industriel
Particularité : Information non disponible

Mme Simone D'André (née Botchako)
Date de naissance : 28/10/1907
Date de décès : 20/01/1983
Profession : Sans
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Cazaubon
Département : Gers
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 1 août 2007
Lieu : Mairie de Cazaubon (32150)

Personnes sauvées

M. Max Albrechthofer

M. Stanislav Besborodko

M. Joseph Constantinovsky

Mme Elberte Constantinovsky

M. Joseph Constantinowsky

Mme Judith (dite Ida) Constantinowsky (née Elberte)

Mme Marianne Freund

Mme Marianne Freund

M. Albert Frisch

M. Ernest Goldberg

Mme Nina Gourfinkel

Mme Ninon Hait (née Weyl)

M. Roger Jalowicz

M. Meyer-Marcel Laska

M. Meyer Laska

M. Joseph Schwarzberg

Mme Kitty Seidmann (née Freund)

Mme Kitty Seidmann (née Freund)

M. Franz Soel

Mme Liliane Stauk

Mme Albertine Steg

M. Adolphe Steg

M. Adolphe Steg

M. Henry Steg

Mme Renée Stein

Mme Hannelore Trautmann

Lieux de mémoire

Plaque des Justes parmi les Nations à Cazaubon
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Simone & Henri D'André Le Comte Henri d’André et sa femme la Comtesse Simone étaient les propriétaires du Château du Bégué à Cazaubon dans le Gers. En 1942, ils mirent leur demeure à la disposition de l’organisation l’Amitié Chrétienne afin de l’utiliser comme centre pour des réfugiés juifs. Le centre, sous les auspices de l’Abbé Alexandre Glasberg, était géré par son frère Vila Glasberg sous le faux nom de Victor Vermont. La Comtesse recevait les réfugiés et le couple ne demandait aucune compensation financière pour l’usage de leur château. Les villageois savaient que les habitants étaient juifs et les surnommèrent les “réfugiés des d’André”. Les propriétaires habitaient une maison sur leurs terres près du château. Ils cachèrent dans leur maison le peintre et sculpteur juif Joseph Constantinovsky connu sous le nom de Joseph Constant et sa femme Judith, une artiste connue sous le nom d’Ida. Ils permirent au couple de se consacrer à leur art et s’occupèrent de leurs besoins quotidiens.

Plus d’une centaine de Juifs exfiltrés des camps en France furent installés au Château du Bégué. Munis de faux papiers d’identité délivrés par Fernand Sentou, le Maire de Cazaubon, ils travaillaient au château et dans les fermes voisines. Le 19 août 1943, suite à une dénonciation, la Gestapo arriva au Château du Bégué et arrêta Victor Vermont, le confondant avec son frère Alexandre. Il fut déporté et assassiné. Malgré les risques encourus, le Comte et la Comtesse d’André continuèrent à abriter le couple Constantinovsky dans leur villa jusqu’à la Libération.

Le 11 novembre 2006, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations au Comte Henri d’André et à son épouse la Comtesse Simone d’André.

 

Marcel laska une des personnes sauvées