Isoard Julie

Isoard Joseph

Année de nomination : 2007      Dossier n° 11057A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Julie Isoard
Date de naissance :
Profession : Institutrice
Particularité : Information non disponible

M. Joseph Isoard
Date de naissance :
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Auzet
Département : Alpes-de-Haute-Provence
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Liliane Blum (née Zabronski)

Mme Josette Zabronski

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Armand et son épouse Simone Isoard sont agriculteurs à Auzet, où ils vivent avec leur quatre enfants. 
Le frère d'Armand, Joseph Isoard, agriculteur, et son épouse Julie, enseignante, vivent également à Auzet.

En 1943, Marcel Zabronski, Juif né en Pologne, frappe à la porte de Armand et Simone Isoard pour leur vendre des coupons de toile. Simone Isoard, 26 ans, en achète un vichy mauve, avec lequel sa mère lui fera une blouse. 
Les Isoard* discutent avec lui et au cours de la conversation, Marcel Zabronski laisse entendre qu'il est juif et qu'il cherche un endroit pour se cacher, lui-même, mais aussi pour cacher son épouse Josette et sa fille Liliane, âgé de 4 ans.

Armand et Simone Isoard acceptent d'héberger Marcel Zabronski pour l'été, tandis queJosette, née en Pologne, et la petite Liliane, née à Lyon, sont accueillies chez Joseph Isoard, agriculteur, et son épouse Julie qui habitaient avec leur fille Edmée, âgée de 17 ans, qui s'occupe de la petite fille juive lorsque ses parents sont absents.

Marcel Zabronski est installé dans la chambrette des Isoard et passait ses journées sur les routes. En accord avec la famille Isoard, la petiteLiliane avait reçu pour consigne de dire qu'elle s'appelait "Liliane Isoard".
Armand et Joseph Isoard vendaient les produits de leurs fermes à Simone Chaumet et Jamy Bissierier qui cachaient douze enfants juifs depuis 1942 placés par le réseau Garel un chalet des "Auberges de Jeunesse", l'Auberge du Fanget, au col du Fanget, en association avec les Amitiés chrétiennes. 
Les enfants y resteront jusqu'à la Libération, grâce à l'aide de la population d'Auzet et de Seynes-les-Alpes.

Il régnait dans ce village de résistants un silence impénétrable. Personne ne parlera, personne ne les dénoncera.

Les Zabronski resteront à jamais en contact avec les Isoard.