Gibaud Paul

Gibaud Suzanne

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11213 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Paul Gibaud
Date de naissance : 14/12/1906
Date de décès : 31/08/1973
Profession : Policier
Particularité : Information non disponible

Mme Suzanne Gibaud (née Goury)
Date de naissance : 16/07/1910
Date de décès : 12/03/2005
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Courlon-sur-Yonne
Département : Yonne
Région : Bourgogne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Perla Horonczyk (née Borucki)

Mme Francine Levy

Mme Francine Lévy (née Horonczyk)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Paul GIBAUD Francine LEVY (née HORONCZYK) est née à Paris, le 10 mars 39. Avec ses parents, Joseph et Malka, elle habite dans le XIè arrondissement, 5 rue Oberkampf.

Joseph est malheureusement pris dans la première rafle, celle du 14 mai 41. Après Beaune-la- Rolande, Drancy ce sera Auschwitz, d'où il ne reviendra pas.

Francine et sa mère sont restées à Paris. Malka porte l'étoile. Elles ont comme voisins - et amis - un couple, M. & Mme GIBAUD. Ceux-ci ont de la famille à Courlon, dans l'Yonne.

Lorsque Francine, tombée malade, est opérée, les GIBAUD l'emmènent à Courlon pour quelques jours. Cela se passe début juillet 42.

M. GIBAUD, qui est policier, apprend qu'une grande rafle se prépare. Alors il prévient la mère de Francine et l'aide à fuir le 15 juillet 42, veille de la rafle du Vel d'Hiv. C'est Mme GIBAUD qui conduit Malka à Courlon, où se trouve Francine.

Malka sera cachée dans une autre famille où elle restera quelques mois, jusqu'à ce qu'elle doive quitter Courlon et cette famille car le fils de la maison, qui avait fui pour échapper au STO, y était revenu mettant ainsi en danger Malka. Celle-ci pourra se procurer des faux papiers et regagner Paris.

Au cours de son enquête pour retrouver sa famille de " Justes ", Francine a appris que M. GIBAUD – qui en raison de son métier de policier était considéré par le village comme un collabo – avait eu l'audace de se rendre au camp de Drancy pour faire libérer deux voisins et amis, les docteurs Blumenfeld et Salom, qui exerçaient 11 rue Oberkampf, en faisant valoir que du fait de la déportation des Juifs, la France se retrouvait sans médecins !!! Et cela a marché !!!

Le 16 Mars 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Gibaud Paul et son épouse Suzanne.

 

Exposition: Désobéir pour sauver