Josse Marie

Josse Elisa

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11266 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Josse
Date de naissance : 10/08/1897
Date de décès : 03/01/1974
Profession : Commerçante (café-restaurant)
Particularité : Information non disponible

Mme Elisa Josse
Date de naissance : 10/08/1897
Date de décès : 12/06/1973
Profession : Commerçante (café-restaurant)
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Brieuc
Département : Côtes-d'Armor
Région : Bretagne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 5 juillet 2009
Lieu : Mairie de Saint-Brieuc (22000)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Jacques Schuldkraut

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Elisa et Marie Josse

Printemps 1942, Madeleine la mère de J.S. a été transférée depuis chateaubriand au camp d'Aincourt. Le commandant de ce camp a autorisé que les enfants soient présents, c'est pourquoi que Jacques à rejoint sa mère. JS est resté dans le camp avec sa mère jusqu'eu 7/09/1942 date de l'évacuation des prisonniers par les Allemands. Alors les enfants et les parents ont été séparés. Les femmes juives ont été transférées à Drancy puis déportée et assassinée à Auschwitz.

J.S. a été transféré à Paris dans un centre pour enfants juifs dont les parents on été déportés. Il s'agit du Centre d'Hébergement de l'UGIF-Guy Patin.

Quand la mère et le fils était à Aincourt, Madeleine a parlé a son fils de Marie Josse. Cette dernière était prisonnière politique à Chateaubriand et c'est là qu'elles se ont connues. (Marie Josse a été arrêtée car elle avait insulté l'Amiral Darlan qui avait collaboré avec les Allemands).
Marie Josse et Madeleine sont devenues amies pendant leur internement et lui a proposé son aide en cas de besoin.
Jacques avait l'adresse de Marie Josse donnée par sa mère.

Le sauvetage :
Dès son arrivée à Guy Patin, J.S. a écrit à Marie Josse que sa mère était internée à Drancy et qu'il était seul à Paris.
Après quelques temps, des seules soeurs jumelles sont arrivées au centre Guy Patin. Une a murmuré à J.S. qu'elle est Marie Josse quand elles étaient chez le Directeur. Elles ont réussi à convaincre le directeur du centre que J.S est leur neveu et qu'elles veulent le prendre chez elles. J.S. les a suivis en laissant au directeur une fausse adresse.

Arrivé à la maison, Marie Josse retira l'Etoile jaune cousue à la veste de J.S. Les soeur Josse, jamais mariées, habitaient St Brieuc en Bretagne.
Il reçut de faux papiers au nom de Jacques Silvestre, né à Oran en Algérie (information non vérifiable à l'époque) et des coupons de rationnement alimentaire (il comprit après que ces papiers venant de la résistance locale).

De septembre 1942 à 1949, J.S. est resté dans la maison des soeurs Josse à St Brieuc. En 1944, les soeurs Josse et J.S. se sont réfugiés ailleurs à cause du Débarquement de Normandie et donc craignaient d'être arrêtés. Les Allemands commençaient les arrestations des sympathisants de de Gaulle et des anciens prisonniers.

Après la guerre, J.S compris qu'il ne reverrait plus jamais sa mère suite à sa déportation à Auschwitz ainsi que le reste de sa famille.
Jusqu'à 1949, année de sa mobilisation dans l'armée française, il est resté chez les soeurs Josse. Dès son retour du service militaire, il émigra au Canada où il vit encore à ce jour.
Malgré son départ, il est toujours resté en contact avec les soeurs. J.S. leur a rendu il y a 15 ans avec sa femme. Ils ont été reçus très chaleureusement.

le 25 Mars 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Marie et Elisa Josse.

 

Marie Josse avec Jacques la perosnne sauvée en 1952