Julien Henri

Julien Henriette

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11338 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Henri Julien
Date de naissance : 10/01/1905
Date de décès : 21/02/1971
Profession : Instituteur
Particularité : Information non disponible

Mme Henriette Julien (née Pauriol)
Date de naissance : 28/09/1894
Date de décès : 21/01/1979
Profession : Institutrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Rémy-de-Provence
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 11 février 2010
Lieu : Mairie de Vichy (03200)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Maurice Arama

Mme Denise Gisèle Arama

Mme Denise Flore Elert (née Arama)

M. Jacques Marguliès

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Henriette & Henri Julien En 1939, Henri et Henriette Julien sont instituteurs à l'école de la Treille dans la banlieue de Marseille.
Très impliqués politiquement, ils s'étaient engagés en 1936 en Espagne, aux cotés des Républicains.
Ils avaient recueilli et adopté un petit orphelin espagnol, Jacques.

Dès le début de l'Occupation, Henri et Henriette Julien s'impliquent dans le sauvetage d'enfants de résistants arrêtés ou de prisonniers politiques, et d'enfants juifs.
Ils sont les représentants de la Croix Rouge à Marseille, et en relation avec l'Organisation de Secours aux Enfants dont ils reçoivent de l'aide.

En 1942, ils sont détachés de leurs classes par l'Inspecteur d'Académie M Gossot, et emmènent, afin de les protéger, une cinquantaine d'enfants dans une ferme à Maussane dans les Alpilles.
Cette ferme est également une halte d'enfants juifs que l'on fait passer en Suisse.

En 1943, M Gossot fait mettre à la disposition des instituteurs une grande maison, au Mas Blanc, près de St Rémy de Provence où ils continuent de protéger et d'éduquer les enfants.
Ils sont une quinzaine de pensionnaires dont la moitié sont des enfants juifs.

Mais à l'automne 1944, le groupe est obligé de fuir et trouve refuge à Rovon au pied du Vercors. La vie reprend pour les jeunes pensionnaires qui sont rapidement rejoints par de nombreux autres enfants, fils ou filles de résistants de la région.
Tous leurs protégés seront sauvés et, après la guerre, les Julien continueront à s'occuper de maisons d'enfants.

Nous avons retrouvé le témoignage de 4 enfants juifs qui ont bénéficié de la protection d'Henri et Henriette Julien :
- celui de Flore Arama et de ses cousins Maurice et Denise, tous les 3 confiés aux Julien
après les grandes rafles de Marseille en Janvier 1943 et dont une grande partie de la famille sera déportée en Mars 1943.
Henri et Henriette Julien cacheront aussi Mathilde., la mère de Maurice et Denise Arama, Mathilde épaulera avec efficacité et dévouement les Julien pendant près de 3ans.

- et le témoignage de Jean Marguilès, que ses parents, juifs autrichiens et résistants, confient aux Julien en 1942.
Jean est alors âgé de 3 ans et il restera jusqu'à la fin de la guerre sous la protection d'Henri et Henriette Julien qui l'élèveront comme leur propre enfant.

Le 22 Juin 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Henri et Henriette JULIEN.

 

Henri & Juliette Julien Henri & Juliette Julien Henri & Juliette Julien