Patrolin André

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11360 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. André Patrolin
Date de naissance : 05/06/1910
Date de décès : 18/12/1991
Profession : Industriel
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 12 février 2009
Lieu : Mairie du 11ème arr - Paris (75011)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Perla Filcman

M. Szlama Filcman

Mme Francine Patrolin (née Filcman)

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

André Patrolin

Fanny Filcman née en 1917 rencontre André Patrolin pour la première fois en 1938. Fanny et sa famille ont été sauvées par cet homme avant qu’il l’épouse.

La famille Filcman habitait rue du Chemin Vert à Paris dans le 11ème arrondissement. Le père Szlama était né en 1889 à Varsovie en Pologne. La mère Perla Zlata Flicman née Helman était née en 1889 aussi à Varsovie ainsi que leur fille Frajda (Fanny). La famille arrive en France au début des années 1920 et le père réussit à créer une petite usine de chaussures avec un associé.

Pendant l’exode de l’été 1940, la famille s’est réfugiée dans les Landes mais est rentrée à Paris en octobre 1940.

En 1941, la police française est venue à 6 heures du matin arrêter Szlama Filcman et l’a envoyé à Drancy. André Patrolin qui était dans la Résistance et qui avait connu Szlama auparavant est prévenu par un ami commun. Il fait tout son possible pour faire sortir Szlama de Drancy qui est finalement relâché en novembre 1941. Puis André Patrolin pense à faire passer Szlama en zone Sud car cela devenait trop dangereux à Paris Tout avait été organisé avec Raymond Ragache (chef d’un réseau de passage de la ligne de démarcation), ainsi que les faux papiers. Szlama Filcman avait confié ses affaires à André Patrolin avant de partir et c’est ainsi qu’il a pu tout retrouver à son retour. Szlama Filcman est resté à Chambéry avec des faux papiers et ensuite dans la montagne.

André Patrolin a également fait partir Fanny et sa mère Perla pour les installer dans une propriété à Villennes sur Seine en région parisienne. Entre temps l’appartement avait été visité par les Allemands et les scellés posés.

André Patrolin a aidé plusieurs personnes, notamment Madame Meyer et ses deux enfants qui habitaient l’immeuble en face des Filcman. Il lui a donné de l’argent et lui a conseillé un passage à Langon dans le Loir-et-Cher ainsi qu’un passeur.

Après avoir été sûrement dénoncé, la Gestapo est venue chercher André Patrolin à l’usine. Fort heureusement il ne s’y trouvait pas, mais à partir de ce moment les choses sont allées vite. Fanny et sa mère ont déménagé dans une pension de famille. André Patrolin a été obligé de retourner dans le Sud et en a profité pour aller rendre visite au père de Fanny et lui demander la main de sa fille. En avril 1943, André Patrolin est revenu et a fait déménager Fanny et sa mère à Jouet-sur-l’Aubois dans le Cher où elles sont restées jusqu’à la Libération.

André Patrolin a été actif dans la Résistance (FFI) pendant toute la période de l’occupation. Il a aussi participé aux bombardements des trains remplis de munitions pour les Allemands.

En septembre 1944, Fanny et sa mère remontent à Paris après la Libération du Cher. Elles retrouvent leur appartement vide et André Patrolin. En 1946, Fanny a épousé André.

 

Le 22 juin 2008, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur André Patrolin.