Marceillac Jeanne

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11417 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Marceillac (née Chamayou)
Date de naissance : 18/12/1905
Date de décès : 19/01/1999
Profession : Couturière
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Toulouse
Département : Haute-Garonne
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 13 novembre 2009
Lieu : Mairie de Toulouse (31400)

Personnes sauvées

M. Marcel Cynamon

M. Charles Cynamon

M. Achille Szpilfogiel

Lieux de mémoire

Allée et stèle des Justes à Toulouse
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jeanne Marceillac Jeanne Marceillac habitait à Toulouse dans la Haute-Garonne avec ses filles, Jeanne Paule (dite Paulette) et Ginette. Un jour de fin 1942, Paulette demanda à sa mère de cacher chez eux un petit garçon juif âgé de six ans, Charles Cynamon. Les parents de Charles, Nathan et Chana, étaient arrivés de Pologne en 1932 et s’étaient installés à Paris. Nathan quitta Paris fin 1940 et trouva du travail à Toulouse. Chana et Charles le rejoignirent en avril 1941. Leur fils Marcel naquit en août 1942.

Le neveu de Chana, Achille Szpilfogiel, âgé de dix-huit ans vint vivre avec les Cynamon à Toulouse, après que sa famille ait été arrêtée lors de la grande rafle de juillet 1942 à Paris. Achille, qui avait une fausse carte d’identité sous le nom d’Alfred Laurent, était connu dans la Résistance sous le nom de « Freddy”. Il rencontra Paulette Marceillac âgée de seize ans à Toulouse et ils devinrent amis. Quand les rumeurs de rafles se précisèrent, il demanda à Paulette de cacher Charles Cynamon pour quelques nuits chez elle. Paulette demanda l’autorisation à sa mère et à sa soeur Ginette âgée de quatorze ans qui acceptèrent immédiatement. Quand la menace diminua, Charles retourna dans sa famille mais fut caché à plusieurs reprises chez Jeanne Marceillac jusqu’à fin 1943, où il fut emmené dans une autre cachette.

En juillet 1943, Achille fut arrêté par la police française pour possession de faux papiers et fut emprisonné pendant trois mois à Toulouse. Un juge le condamna à être envoyé dans le camp de Noé, dans les environs de Toulouse. Pendant sa détention, Paulette lui rendait visite régulièrement. Achille s’échappa du camp avec l’aide d’un camarade le 29 décembre 1943 et s’enfuit au domicile des Marceillac où il se cacha dans le grenier. Quelques heures plus tard, les policiers firent une descente dans l’appartement des Marceillac mais repartirent bredouilles. Ils connaissaient l’adresse car elle figurait sur la carte d’identité de Paulette, qui devait la déposer à chaque fois qu’elle allait voir Achille en prison. Le lendemain, Achille quitta Toulouse et rejoignit un groupe de résistance juif. Achille et Paulette se marièrent en 1946.

Le 24 septembre 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Jeanne Marceillac.

 

Jeanne Marceillac Jeanne Marceillac