Marouzé Blanche

Marouzé Léon

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11468 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Blanche Marouzé (née Dehenry)
Date de naissance : 10/06/1906
Date de décès : 16/12/1946
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Léon Marouzé
Date de naissance : 14/04/1909
Date de décès : 01/04/1966
Profession : Militaire
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Gercy
Département : Aisne
Région : Picardie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 31 janvier 2010
Lieu : Mairie de Vervins (02140)

Personnes sauvées

Mme Hélène Rozenholc (née Brener)

Lieux de mémoire

Plaque Hulin, Marouzé
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

MAROUZE Blanche   MAROUZE Léon Hélène Brener est née en 1936 à Paris dans une famille juive arrivée en France en 1929.

En 1941, son père Srul Brener, fut arrêté et interné dans le camp de Beaune-la-Rolande dans le Loiret. Sa mère Hinda donna naissance à un garçon prénommé Lucien en février 1942. En mai 1942, Hinda partit rendre visite à Srul à Beaune-la-Rolande, pour qu’il voie son fils. Srul fut déporté à Auschwitz le 17 juillet 1942, où il fut assassiné.

Hélène continua à vivre avec sa mère et son petit frère jusqu’à la rafle du Vél d’Hiv du 16 juillet 1942. Cette nuit-là, les trois échappèrent de justesse à l’arrestation. Quand la police arriva, Hinda leur dit qu’on n’arrêtait pas les enfants de moins de deux ans et elle allaita son petit Lucien devant eux pour leur prouver qu’il était bien son enfant. Par chance les policiers ne les arrêtèrent pas mais Hinda comprit qu’elle devait trouver différents lieux de cachette pour ses enfants pour avoir une chance de survivre. Hélène et Lucien furent placés chez une nourrice dans la région du Loir-et-Cher. En septembre 1943, Hélène revint vivre avec sa mère à Paris, pendant que le petit Lucien resta chez la nourrice jusqu’à la Libération.

Grâce au réseau de sauvetage de la MOI (Main d’Oeuvre Immigrée), pendant l’été 1943, Hélène fut envoyée à Gercy dans l’Aisne chez Léon et Blanche Marouzé. Les Marouzé avaient une fille prénommée Léone, qui avait trois ans de plus qu’Hélène et les filles devinrent rapidement des amies. Hélène fut acceptée dans la famille comme une deuxième fille et allait à l’école avec Léone. Après la guerre, Hélène a raconté la gentillesse de la famille Marouzé qui l’aima et la protégea malgré le risque de dénonciation.

Bien que Blanche souffre d’un cancer, elle et son mari s’occupèrent d’Hélène jusqu’à la Libération. Blanche l’emmenait à la messe le dimanche et lui faisait des vêtements neufs. Ils envisagèrent même de l’adopter si sa mère ne revenait pas.

Par chance, Hinda survécu à la guerre et revint chercher Hélène après la Libération. Elles rentrèrent à Paris et Hinda se remaria. Malheureusement, Hinda resta traumatisée par la guerre et mourut à l’âge de quarante sept ans en 1957.

Hélène resta en contact avec la famille Marouzé qui lui avait sauvé la vie. Malgré le décès de Blanche un an après la Libération, Hélène et Léone restèrent des amies proches.

Le 10 décembre 2008, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Léon Marouzé et à son épouse Madame Blanche Marouzé.

 

M. et Mme Marouzé en 1945 Famille des sauvés