Malécot Louis

Année de nomination : 2008      Dossier n° 11480 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Dr Louis Malécot
Date de naissance : 20/09/1877
Date de décès : 25/03/1959
Profession : Docteur en médecine, maire adjoint d'Escoublac La Baule
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : La Baule Escoublac
Département : Loire-Atlantique
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 18 janvier 2010
Lieu : Mairie de La Baule-Escoublac (44500)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Michel Borowski

M. Wolf Borowski

Mme Fanny Borowski (née Klapisch)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Louis Malécot Le docteur Louis Malécot est né en 1877 à Ancenis (Loire-Atlantique). Il y fait ses études, qu'il poursuivra à la faculté de médecine à Paris. Puis il s'installe à Fresné-sur-Loire où il occupera les fonctions de maire de 1903 à 1926.

Marié, père de deux enfants, il est mobilisé le 2 août 1914. Il rentra dans ses foyers, le 2 décembre 1918, avec le grade de médecin-capitaine.

En 1926, âgé de 50 ans, il s'installe à La Baule pour vivre une sorte de demi retraite et s'installe à la villa Tranquillité, avenue des Camélias.

Wolf Borowski était fourreur à Paris dans le 10e arrondissement. En 1940, les parents sont réfugiés à La Baule avec leurs trois jeunes fils. À partir du 6 juin 1942, les Juifs de Loire-Atlantique sont contraints de porter l'étoile jaune.

Alors qu'une rafle se prépare à La Baule en juillet 1942, M. Henri Gillot, commissaire de Police qui connaît bien les Borowski, vient prévenir Wolf et lui conseille de partir aussitôt avec sa famille. Pour les aider, le commissaire Gillot les met en rapport avec le docteur Malécot, qui se propose d'emmener la famille Borowski jusqu'à Angers.

L'aîné des enfants se trouve à Paris chez son oncle.

Le commissaire Gillot avait, en 1934, épousé en Algérie – où il était en fonction – une femme juive, la mère de ses enfants.

Le docteur Malécot était bien connu des gendarmes puisque durant les 50 ans de son activité médicale, il donnera gratuitement des soins aux militaires de la gendarmerie et à leurs familles tant à Fresné-sur-Loire qu'à La Baule.

La nuit même, le docteur Malécot transporte en ambulance, Wolf Borowski, son épouse et les deux enfants les plus jeunes, âgés de 2 ans et 5 ans.

Ils passent les barrages de Saint-Nazaire et de Nantes sans encombres. En effet, l'ambulance transporte Wolf, grand malade alité dont la tête est bandée, et Michel qui a le bras plâtré.

Ils arrivent ainsi à Angers. Le docteur Malécot les conduit à la gare et les installe dans un train pour rejoindre la zone non occupée, via Lyon. Ils arriveront à Eaux-les-Bains (Creuse) où ils sont accueillis par des amis de la famille et resteront cachés jusqu'à la fin de la guerre.

Après la Libération, Wolf Borowski revient avec sa famille à La Baule. Il peut récupérer son commerce de fourrures.

Naturellement, les Borowski revoient le commissaire Gillot, qui avait pris sa retraite, et le docteur Malécot, élu maire-adjoint de La Baule-Escoublac de 1945 à 1959.

En 1957, Michel doit se présenter au conseil de révision pour faire son service militaire et être envoyé en Algérie. Le docteur Malécot, chef de service du conseil de révision, l'examine et déclare qu'il n'est pas bon pour le service...

En 1959, lors de ses obsèques, pris en charge par la commune, le docteur Dubois, sénateur-maire de La Baule, dira du docteur Malécot : " Son attitude pendant l'occupation fut toute de dignité et d'espoir. Ouvertement il faisait part à tous de ses certitudes et il engagea plus d'une fois sa responsabilité pour tenter de secourir nos compatriotes menacés par l'occupant ".

Le docteur Dubois ajoutera : " Il est mort pauvre comme bien des hommes qui tout au long de leur vie ont plus donné d'eux-même que besogné pour leur propre compte. À ce titre aussi, il mérite et notre longue affection et notre souvenir qui ne sauraient être un instant affaiblis par l'adieu que nous lui portons ".