Piel Armand

Piel Marie-Thérèse

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11578 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Armand Piel
Date de naissance : 05/12/1879
Date de décès : 03/01/1950
Profession : Officier
Particularité : Information non disponible

Mme Marie-Thérèse Piel (née Potrel)
Date de naissance : 18/04/1896
Date de décès : 09/11/1960
Profession : Propriétaire d'un magasin de nouveauté
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Hilaire-du-Harcouët
Département : Manche
Région : Basse-Normandie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 8 juin 2010
Lieu : Mairie du 18ème arrdt de Paris (75018)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Branca Da Silva (née Curiel Gans)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Armand & Marie-Thérèse Piel

En août 1942, Eli et Gesina Gans, habitant à Amsterdam, réalisèrent que les projets des Allemands étaient d’anéantir tous les Juifs hollandais. Pour essayer de sauver leurs enfants, Louis âgé de 15 ans et Branca âgée de 14 ans, ils prirent contact avec des gens qui leur promirent d’emmener les enfants en Suisse contre une grosse somme d’argent. Les passeurs envoyèrent les enfants via la Belgique en France, mais à la frontière suisse, donnèrent les enfants aux Allemands. Les enfants furent d’abord emprisonnés puis transférés dans un monastère où ils rejoignirent d’autres enfants juifs. Plus tard ils furent envoyés dans un orphelinat à Paris.

Branca fut placée dans une famille à Neuilly. Louis resta dans l’orphelinat. Voyant comment les Allemands raflaient certains enfants juifs, il s’enfuit en Normandie et fut placé par la Croix- Rouge française chez des fermiers dans la campagne. Louis contacta sa sœur pour lui dire où il était et Branca partit rejoindre son frère.

La femme de la Croix-Rouge en charge du groupe réalisa qu’ils étaient Juifs et proposa de leur trouver un refuge permanent. Elle trouva deux familles à Saint Hilaire du Harcouët dans la Manche qui acceptaient d’héberger des enfants juifs dans la détresse, malgré le danger que cela représentait. Branca fut conduite au domicile d’Armand et Marie-Thérèse Piel, un couple qui avait quatre garçons. On lui donna de nouveaux vêtements, des cours de piano et des leçons de français.

Louis fut placé chez Marcel et Angèle Bodin qui avaient un fils et une fille. Monsieur Bodin était paralysé de la taille aux pieds suite aux blessures survenues pendant la Première Guerre mondiale. Les deux familles étaient amies et Branca et Louis se voyaient souvent.

Après la guerre, Branca et Louis Gans retournèrent en Hollande où ils retrouvèrent leur mère. Leur père était mort à Auschwitz. Branca et Louis restèrent en contact avec les familles de leurs sauveurs pendant de nombreuses années.

Le 3 mai 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Armand Piel et à son épouse Madame Marie-Thérèse Piel.