Dégremont Marie

Dégremont Henri

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11584 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Dégremont (née Jacquot)
Date de naissance : 28/05/1893
Date de décès : 20/08/1965
Profession : Retraitée
Particularité : Information non disponible

M. Henri Dégremont
Date de naissance : 07/04/1878
Date de décès : 19/02/1954
Profession : Professeur de gym avant 1914, retraité
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Les Coudreaux
Département : Seine-et-Marne
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 22 juin 2010
Lieu : Mairie de Chelles (7750)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Joseph Goldsztajn

M. Henri Goldsztajn

Mme Liba Goldsztajn (née Boguslawska)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Henri & Alice Degrémont Joseph Goldsztajn, né en Pologne, arrive à Paris en 1936 et exerce son métier de boucher rue Bisson, dans le 20e arrondissement. Sa femme Liba, et son fils Henri, né en 1931, restés à Serock en Pologne, viennent le rejoindre en 1938. La famille s'agrandît d'une petite Hélène, née à Paris en 1940.
Joseph s'installe à son compte, au 46, rue Julien Lacroix, dans le 20e arrondissement, et la famille habite dans l'immeuble attenant à la boucherie.

A la déclaration de guerre, Joseph Goldsztajn souscrit un engagement volontaire dans l'armée française pour la durée de la guerre, à l'instar de nombreux juifs vivant en France de 52 nationalités différentes.
Joseph est incorporé au camp d'instruction de Septfonds le 10 mai 1940 et sera démobilisé à Caussade le 31 août 1940.
Il est ensuite envoyé dans un camp de travail à Marseille dont il sera libéré sur présentation d'un certificat de travail fourni par des amis.

La nuit de la rafle du Vel d'hiv, en juillet 1942, Joseph Goldsztajn se cache dans Paris. Liba et ses deux enfants restent à leur domicilie. Alors que la Gestapo arrête toutes les familles juives de l'immeuble, Liba ne répond pas aux coups donnés sur la porte par la police et ils eurent ainsi la vie sauve.

Joseph et Liba décident alors de trouver une famille d'accueil pour leurs deux enfants âgés de 11 ans et 2 ans. Ils les amènent à Villepinte chez Mr et Mme Bruno une famille catholique. Hélène sera baptisée et restera chez les Bruno jusqu'à la Libération. Henri n'y restera que quelques semaines.

Joseph et Liba, munis de faux papiers, viennent alors chercher Henri et s'enfuient avec lui en zone sud.
Ils trouvent refuge à Pierre-en-Bresse, en Saône-et-Loire, et vont y rester près de deux ans. Les rafles en zone sud se multiplient et les Goldsztajn décident de rentrer vers Paris. Ils entendent alors parler des Coudreaux, à 20 kilomètres de Paris, où plusieurs familles juives seraient cachées. Ils s'y rendent.

Henri-Joseph et Marie Degrémont, acceptent de les recevoir bien qu'ils donnent déjà asile à plusieurs autres juifs.
Henri-Joseph Degrémont, professeur de gymnastique à la retraite, était très bricoleur pour le plus grand bonheur d'Henri et d'Hélène. Le couple n'avait pas d'enfants.
Tous les juifs cachés chez les Degrémont seront saufs.
Selon la formule employée par Henri-Joseph et Marie Degrémont pour appeler leur chien, les réfugiés cachés dans le grenier de la maison savaient s'ils pouvaient sortir de leur cachette, s'ils devaient se tenir coi ou s'ils devaient courir "se planquer" dans le bois voisin.

La famille Goldsztajn restera cachée jusqu'à la Libération. Les liens entre les deux familles sont tissés et après la guerre, les Degrémont garderont la petite Hélène, pendant un an. Hélène continue à les nommer "Tonton" et "Tata" lorsqu'elle évoque ces moments heureux partagés avec eux.

Le 3 Mai 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Dégrémont Joseph et son épouse Alice.

 

HENRY à la pompe dans la maison des Coudreaux Faux papiers de Joseph Goldsztajn Faux papiers de Liba Goldsztajn Cérémonie