Chacou Charlotte

Chacou Gabriel

Année de nomination : 2010      Dossier n° 11672 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Charlotte Chacou (née Nicolas)
Date de naissance : 01/03/1887
Date de décès : 07/02/1989
Profession : Sans profession
Particularité : Mère de 3 enfants

M. Gabriel Chacou
Date de naissance : 01/03/1887
Date de décès : 30/05/1971
Profession : Tracteur de terre de Bruyère
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Sulpice-de-Favières
Département : Essonne
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 8 mai 2011
Lieu : Mairie de St-Sulpice de Favières (91910)

Personnes sauvées

M. Marcel Kerner

M. Henri Kerner

Mme Henriette Siebenberg (née Kerner)

Lieux de mémoire

Place des Justes parmi les Nations à Saint Sulpice de Favières
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Charlotte Chacou   Gabriel Chacou Mordechai et Bracha Kerner habitaient à Paris avec leurs trois enfants Henri né en 1929, Henriette née en 1932 et Marcel né en 1933.

En 1942, Mordechai fut arrêté et envoyé à Auschwitz, où il fut assassiné. Restée seule avec ses trois enfants, Bracha décida de leur trouver un endroit sûr pour les cacher. Avec l’aide de l’UGIF, les trois enfants furent envoyés en août 1942 chez Gabriel et Charlotte Chacou à Saint Sulpice de Favières dans l’Essonne.

Les Chacou vivaient avec leurs trois enfants Jacqueline, Gabrielle et Marcel et avaient des revenus très modestes. Quand les arrestations de Juifs commencèrent, ils décidèrent de prendre un enfant juif chez eux, « un que les Allemands n’auraient pas » disait Charlotte. Elle se rendit à Paris avec l’intention de ramener un enfant chez elle mais devant le désarroi de Bracha, elle décida immédiatement de les prendre tous les trois. Quand elle revint chez elle avec les enfants, Gabriel lui dit qu’elle avait bien agi.

Henri, Henriette et Marcel Kerner furent immédiatement accueillis dans la famille et les enfants Chacou furent heureux d’avoir plus de compagnons de jeu. Une assistante sociale procurait aux Chacou les tickets d’alimentation et une petite somme mensuelle pour permettre de nourrir les Kerner.

En tant que Résistant, Gabriel Chacou était recherché par les Allemands. Chaque fois qu’il courait le risque d’être pris, il se cachait avec les trois enfants Kerner dans une ferme près de chez lui jusqu’à ce que le danger soit passé. Un jour la Gestapo fit une descente chez Gabriel. Ils demandèrent à Charlotte qui étaient les filles à côté d’elle. Sans hésitation elle répondit que Jacqueline était sa fille et Henriette une voisine venue jouer à la maison. La Gestapo quitta la maison.

Les six enfants développèrent une grande amitié. Ils partageaient toutes leurs activités; y compris le travail dans les champs, chantaient et riaient. Jacqueline et Gabrielle Chacou partageaient leur chambre avec Henriette Kerner, tandis que Marcel Chacou partageait la sienne avec Henri et Marcel Kerner.

Henri, Henriette et Marcel Kerner restèrent dans la famille Chacou jusqu’à la fin de la guerre quand leur mère qui était restée cachée à Paris vint les reprendre. La séparation fut difficile pour tous mais les deux familles restèrent en contact et se rendaient visite chaque fois qu’elles le pouvaient. Les Kerner n’oublièrent jamais la famille courageuse qui avait pris de si grands risques à les sauver.

Le 3 septembre 2010, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Gabriel Chacou et à sa femme Madame Charlotte Chacou.

 

Famille Kerner Henri Kerner Marcel Kerner Mariage des Kerner Famille Kerner