Lartigue Pierre

Crutchelar Geneviève

Crutchelar Jeanne

Année de nomination : 2018      Dossier n° 11690 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Pierre Lartigue
Date de naissance : 20/01/1874
Date de décès : 17/03/1970
Profession : Agriculteur
Particularité : Catholique

Mme Geneviève Crutchelar
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Jeanne Crutchelar (née Claverie)
Date de naissance : 23/06/1884
Date de décès : 30/08/1976
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Castetnau-Camblong
Département : Pyrénées-Atlantiques
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Lisa Constantini

Mme Lisa Constantini (née Szafran)

Mme Ginette Grin (née Szafran)

Mme Madeleine Marsh

Mme Madeleine Marsh (née Szafran)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marie Geneviève Crutchelar en 1960 Pierre Barthélémy Lartigue en août 1960

La famille Szafran est originaire de Pologne. Le père Israël Szafran émigre en France en 1928, la mère en 1930. Les  Szafran ont trois filles, Ginette, Lisa et Madeleine et habitent rue de la Mare à Paris dans le 20ème arrondissement. A la déclaration de la guerre, Israël Szafran s'engage dans la légion étrangère. En 1940, il est fait prisonnier et envoyé en Allemagne où il reste jusqu'à la fin de la guerre. Il est délivré en mai 1945 et revient à Paris en juin 1945.

En février 1940, Lisa et Madeleine sont naturalisées Françaises. Ginette avait été naturalisée en 1934. De 1940 à 1942, la famille Szafran doit souvent quitter Paris pour se cacher à la campagne pour échapper à la Gestapo ou à la Milice. Quand il devient trop dangereux pour les Juifs de rester à Paris, à la fin de l'été 1942, Madame Szafran décide d'envoyer ses trois filles en sécurité en zone libre. C'est l'OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) qui a permis aux trois filles Szafran d'être envoyées chez une nourrice dans le petit village de 300 habitants de Castetnau Camblong dans les Pyrénées Atlantiques près de la frontière espagnole.

Madame Geneviève Crutchelar, âgée de 58 ans en 1942, est nourrice à Castetnau Camblong. Elle est veuve, gagne sa vie en faisant des ménages chez des familles du village.  Elle vit avec Monsieur Pierre Lartigue. C'est elle qui accueille les trois fillettes juives, Ginette, Lisa et Madeleine comme si elles étaient ses propres petites-filles. Les filles les appellent « Mémé » et « Pépé ». La fille de Geneviève, Jeanne Crutchelar, âgée de 34 ans, vit dans la maison rudimentaire constituée d'une grande pièce en bas, au sol de terre battue, avec un lavabo et l'eau courante. Plusieurs chambres se trouvent à l'étage. Madeleine accompagne Geneviève Crutchelar lorsqu'elle part chercher de la nourriture dans les fermes avoisinantes « pour ses trois petites-filles ». Selon les saisons « Pépé » Lartigue ramasse des champignons, des châtaignes ou des pommes dans la forêt ou les champs. La présence des trois fillettes n'éveille pas de soupçons dans le village, mais la menace d'une dénonciation existe. Les fillettes sont scolarisées à Castetnau. Le village se trouve à cinq kilomètres du camp d'internement de Gurs. Geneviève Crutchelar a un grand cœur et aime la justice. Plusieurs fois elle n'a pas hésité à accueillir des Espagnols.

Madeleine se rappelle qu'à deux reprises des hommes vêtus d'imperméables noirs viennent interroger Madame Crutchelar. Les habitants du village ont dû connaître les origines des fillettes, mais ont gardé le secret.

En juillet 1945, Israël Szafran vient rechercher ses filles pour les ramener à Paris et c'est avec beaucoup de tristesse qu'elles quittent Geneviève Crutchelar qui les a accueillies, nourries, aimées et sauvées en risquant leurs vies pendant trois ans des conditions très difficiles et dangereuses.

 

Le 30 mai 2018, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Geneviève Crutchelar, à sa fille Jeanne Crutchelar et à Monsieur Pierre Lartigue.

La maison du sauvetage à castetnau Marie Jeanne Crutchelar sous l'occupation De gauche à droite en 1944 Castetnau Camblong Ginette Lisa Madeleine Szafran