Pacteau Marie-Eugénie

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11709 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie-Eugénie Pacteau (née Baumard)
Date de naissance : 17/08/1882
Date de décès : 23/02/1950
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint Georges du Puy de la Garde
Département : Maine-et-Loire
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 29 mai 2011
Lieu : Complexe Sportif de St-Georges des Gardes (49120)

Personnes sauvées

M. Claude Albert Popiolek

Mme Suzanne Schaffer

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marie Eugénie PACTEAU

Marie-Eugénie Pacteau, une veuve sans enfant tenait une ferme dans le village de Saint Georges du Puy de la Garde (aujourd’hui Saint Georges des Gardes) dans le département du Maine et Loire. Elle y vivait avec son belle-frère et sa nièce.

Début 1943, elle accueillit chez elle Claude Popiolek, alors âgé de sept ans. Les parents de Claude, Henri et Jeanne Popiolek, ainsi que la plupart des membres de sa famille habitaient à Paris. En 1942, presque toute sa famille avait été déportée, à l’exception de la mère et de lsa, la grand-mère de Claude.

Jeanne Popiolek accompagna son fils Claude à Saint Georges, où sa cousine Suzanne, âgée de dix ans, était déjà cachée et elle le confia dans les mains de Marie-Eugénie Pacteau. Cette femme entoura Claude d’affection et s’occupa de lui, pourvoyant à ses besoins au quotidien, malgré le grave danger de dénonciation qu’elle courait. Claude aimait particulièrement rendre visite à leur voisin, un fermier qui autorisait le petit garçon à emmener ses vaches à la pâture. Claude pouvait sortir de la maison. Il fréquentait l’école locale et jouait avec sa cousine Suzanne et les autres enfants du voisinage.

Il se raconta plus tard que des convois de soldats allemands traversaient fréquemment le village. Claude resta chez Marie-Eugénie Pacteau, sa sauveuse, plus d’une année après la fin de la guerre, quand sa mère et sa grand-mère vinrent le chercher et le ramenèrent à Paris.

 

Le 15 novembre 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Marie-Eugénie Pacteau.

Madeleine nièce de MMe PACTEAU et Claude Popiolek Albert Popiolek Marie Pacteau à droite et Albert Popiolek Albert Popiolek et Marie Pacteau Albert Popiolek au milieu