Thomas Pierre

Année de nomination : 2010      Dossier n° 11746 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Pierre Thomas
Date de naissance : 09/07/1918
Date de décès : 05/07/2018
Profession : Etudiant en médecine
Particularité : Combattant volontaire, résistant

Localisation

Localite : Toulouse
Département : Haute-Garonne
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 novembre 2011
Lieu : Mairie de Toulouse (31000)

Personnes sauvées

M. Joseph Amado

Mme Colette Amado (née Alexandre)

Mme Iule Amado (née Fischgrund)

M. Boris Frenkel

M. Alfred Leder

Mme Béatrice Salvador (née Leder)

Lieux de mémoire

Allée et stèle des Justes à Toulouse
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Pierre Thomas en 2008

Pierre Thomas est né le 9 Septembre 1918. Il fit ses études au Lycée de Toulouse de 1927 à1937 puis la médecine à la Faculté de Toulouse.

Mobilisé en 1939 , il est réformé fin 1939. Il prend parti dès 1940 pour la France Libre ; combattant volontaire de la Résistance, il apporte son aide spontanée aux internés politiques de la prison St Michel de Toulouse et aux étudiants condamnés par le tribunal militaire de Toulouse  il prépare l’évasion de son ami Jean Gaches ).

Rallié aux Forces Françaises de l’Intérieur, au titre de l’organisation de la Résistance Armée et du Corps-Franc Pommiès, il assure la confection et la livraison de pièces d’identité nouvelles pour des israélites et les réfractaires au Service du Travail Obligatoire, des étrangers et des menacés de déportation qu’il héberge.

Pierre Thomas dut soigner une affection pulmonaire à Font-Romeu en 1942 ; il  y fit connaissance d’un couple israélite marié le 22 avril 1942, Joseph et Colette Amado.

Ayant appris les exactions commises le 29 décembre 1942 par la police de Vichy et la Gestapo dans la résidence de la famille Alexandre à Font-Romeu, assorties de menaces d’arrestation dès le 5 janvier 1943, Pierre Thomas obtint que sa famille de Toulouse (sa mère et sa grand’mère ) hébergeât aussitôt la famille Amado, dans sa résidence.

Il s’occupa personnellement de leur confectionner de faux-papiers, grâce auxquels Mr et Mme Amado purent, avec d’autres complicités, gagner la Suisse fin février 1943 ; un mois plus tard naissait leur fille Iule Amado.

Le 23 juillet 1943, sur ordre de la Résistance, en représailles  à l’exécution par la Gestapo de Marcel Langer, chef FTP, Boris Frenkel, jeune étudiant israélite, résistant actif à l’occupation, qui faisait partie de la 35ème brigade M.O.I, rattachée au groupe FTP-UJRE, abat en pleine rue Bayard un colonel allemand.

Le Dr Pierre Thomas assure efficacement sa sauvegarde en l’hébergeant en sécurité dans une mansarde de sa maison, 22 rue Croix-Baragnon.

Le 25 Août 1943, Boris Frenkel procéda à l’exécution du chef du 2ème bureau de la Milice toulousaine en son domicile, 32 rue Pharaon (Louis Mas). Mais il se fit prendre dans sa fuite. Emprisonné à St Michel, il fut déporté dans les camps, d’où il ne revint pas.

Convoqué le jour même par la police française qui perquisitionna l’appartement de sa grand’mère, le Dr Pierre Thomas eut la chance, grâce à la complicité d’un commissaire de police résistant et sympathisant de ne pas connaître le même sort que Boris Frenkel.

En 1943 également, un israélite, Mr Alfred Leder demeurant 34 chemin des Capelles à Toulouse fut arrêté par la police au cours d’un contrôle rue des Filatiers à Toulouse. Il parvint à s’échapper par une traversée d’immeuble et se réfugia chez Mr Pierre Thomas, qui le cacha chez lui, au 22 rue Croix-Baragnon pendant quelques semaines.

Celui-ci organisa son départ, lui prêtant un vélo et une somme d’argent lui permettant d’atteindre à Grenoble un refuge préparé et sûr.

Pierre Thomas passa sa thèse de médecine en 1962 ; il devint médecin-navigant au service des câbles sous-marins. Il fut médecin bénévole d’action humanitaire à Médecins sans frontières, en mission au Togo en 1975 et au Liban en 1981.

Marié le 21 décembre 1943 à Lucienne Marie Beylie, étudiante en philosophie. Ils ont 6 enfants.

Le 1 Août 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Thomas Pierre.

1943 Pierre THOMAS Pierre en 1927