Rousseaux Léopold

Année de nomination : 2010      Dossier n° 11863 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Abbé Léopold Rousseaux
Date de naissance : 06/04/1897
Date de décès : 1966
Profession : Abbé et Résistant
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Campagnac
Département : Tarn
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Diana Ben Elissar (née Dudelczyk)

Mme Irène Dudelczyk

M. Joseph Jean

M. Mandel Landau

M. Roland Zissu

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Le Père Léopold Rousseaux était né en 1897 en Belgique. Il entra en religion en 1921 et enseignait dans un collège religieux. En tant que professeur, il était connu pour avoir des idées modernes sur l’enseignement. Il apprenait à ses élèves à penser par eux-mêmes et les encourageait à étudier, à se pencher sur de nouveaux sujets d’étude, à devenir responsables et à développer la compréhension de l’autre. Comme ses méthodes n’étaient pas toujours bien acceptées par l’Eglise, on l’envoya à Lessines, où sa mère le rejoignit après le décès de son père. C’est là qu’en 1940 il fut prévenu que son nom était sur une liste noire de la gestapo et qu’il devait immédiatement s’enfuir de Belgique et disparaître.

Le Père Rousseaux s’enfuit avec sa mère en France et s’installa à Campagnac dans l’Aveyron, où il avait un ami qui était également prêtre. Le Père Rousseaux commença à prendre en charge de nombreux fugitifs belges et les aida autant qu’il le pouvait. En 1941, il entra dans la Résistance à Campagnac et la rumeur commença à se répandre sur sa capacité et son habileté à aider ceux qui en avaient besoin.

Le Père Rousseaux utilisa toutes ses connaissances et contacts pour venir en aide aux fugitifs qui s’adressaient à lui. Il se débrouillait pour trouver des lieux où les cacher, pour leur procurer des faux papiers d’identité, leur faire parvenir du ravitaillement, de la nourriture. Il aidait aussi eux qui voulaient passer la frontière vers l’Espagne. Il réussit à trouver un tampon officiel du régime de Vichy auprès du consul de Belgique à Sète, ce qui lui permit de falsifier des documents.

Parmi ses nombreuses activités pendant la guerre, le Père Rousseaux sauva beaucoup de familles juives en danger, soit en les prévenant d’arrestations imminentes ou en les aidant à trouver des caches dans différents endroits. Une de ces familles était les Dudelczyk qui venaient de Paris. Ils avaient fui la capitale en 1942 après la rafle du Vél d’Hiv avec leur fille Diana née en 1924. Ils étaient arrivés à Gaillac, où ils trouvèrent un petit logement à louer et ils vécurent là sous leur véritable identité de 1942 à 1944, en grande partie grâce au Père Rousseaux, qui les cacha chez lui à plusieurs reprises quand ils se sentaient en danger. Il les prévenait à chaque fois qu’il entendait des rumeurs d’arrestations dans la région et se débrouillait pour trouver un hébergement aux parents de Diana.

Diana se souvient être restée dans la maison du Père Rousseaux avec la mère du prêtre qui la considérait comme sa petite-fille. Le Père Rousseaux prit en charge les Dudelczyk pendant plus de deux ans, leur apportant tout ce dont ils avaient besoin au quotidien.

Le Père Rousseaux aida également une autre famille, les Landau qui ont reconnu qu’il leur a sauvé la vie.

Après la guerre, le Père Rousseaux retourna en Belgique. Il décéda en 1966, mais sa générosité et ses actions courageuses dans ces temps difficiles pour sauver tous ceux qui s’adressaient à lui sont reconnues jusqu’à aujourd’hui.

 

Le 23 novembre 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations au Père Léopold Rousseaux.

 

Leopold Rousseaux Credit: Coll.Yad. Leopold Rousseaux Credit: Coll.Yad. Leopold Rousseaux Credit: Coll.Yad. Photo prise par Jean Joseph en 1948  montrant ses parents avec l'abbé Rousseaux