Theodulle Marie-Magdeleine

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12058 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie-Magdeleine Theodulle (née Hugonin)
Date de naissance : 15/07/1888
Date de décès : 17/04/1982
Profession : Mère au foyer, mère de 3 enfants
Particularité : Catholique pratiquante

Localisation

Localite : Bourg-Saint-Maurice
Département : Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 19 décembre 2011
Lieu : Monastère Sainte-Claire de Crest (26400)

Personnes sauvées

M. André Schein

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Schein, d’origine russe, est domiciliée rue du Bon Pasteur à Lyon. Le père travaille aux usines de cirage du « Lion noir ». Les Schein ont des jumeaux, André et René nés en juin 1936.

Au printemps 1943, devant l’aggravation des poursuites à l’encontre des Juifs, les Schein décident de rechercher des familles d’accueil pour leurs enfants. C’est ainsi que les jumeaux sont placés à Bourg Saint-Maurice en Savoie dans des familles distinctes. Pour André, cette séparation est vécue avec douleur mais il finit par s’acclimater grâce à ses sauveurs qui se montrent aimants et compréhensifs.

Marie-Magdeleine Théodulle est mère au foyer. Elle habite à Bourg Saint-Maurice avec ses trois filles. Son mari est berger et passe la plupart de son temps en montagne. La maison des Théodule est toute petite, sans eau ni électricité. Ce sont des Catholiques pratiquants. André est considéré comme faisant partie de la famille. Les trois filles Théodulle le considèrent comme leur petit frère. André va dans une école religieuse, fait partie des scouts tout comme les filles de Marie-Magdeleine. Les deux filles aînées sont institutrices.

André reste chez les Théodulle jusqu’à la Libération en août 1944. Marie-Magdeleine assume la responsabilité d’André sans recevoir aucune compensation financière. André se souvient de Marie-Magdeleine Théodulle comme d’une femme exceptionnelle, une sainte.

Les parents d’André restent à Lyon durant toute l’Occupation. Quand ils viennent rechercher leurs enfants, la séparation est éprouvante pour le petit André. Des années plus tard, il retrouve ses sauveurs pour lesquels il éprouve toujours une très grande gratitude, compte-tenu de leurs soins attentifs et de leur désintéressement. Il est toujours en contact avec les filles Théodule.

 

Le 30 mars 2011, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Marie-Magdeleine Théodulle.

 

Marie-Magdeleine Theodulle  et sa fille