Paret Marcelle

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12105 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marcelle Paret
Date de naissance : 28/02/1900
Date de décès : 21/02/1990
Profession : Institutrice
Particularité : Catholique pratiquante

Localisation

Localite : Les Lilas
Département : Seine-Saint-Denis
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 12 novembre 2012
Lieu : Mairie des Lilas (93260)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Henri Blitzman

Mme Rose Blitzman (née Grinblatt)

Mme Antoinette Serog (née Blitzman)

Lieux de mémoire

Plaque en hommage à Marcelle Paret
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marcelle Paret A la guerre, Henri et Rose BLITZMAN vivaient aux Lilas. Henri était ingénieur chimiste. Il était originaire de Roumanie, qu’il avait quitté à l’âge de 17 ans. Rose était également originaire de Roumanie.

Le 24 septembre 42, Rose, enceinte de 8 mois, se trouvait chez elle. Le gouvernement roumain venait d’enlever la nationalité roumaine à ses citoyens juifs vivant en France. La police française, ce même jour, fait une rafle des Juifs de nationalité roumaine et Rose et sa mère sont arrêtés et internées à Drancy. Par chance Henri n’est pas chez lui. Ayant appris l’arrestation de sa famille, il trouve refuge chez Marcelle PARET, qui appartient à une organisation qui aide à sauver des Juifs.

Marcelle est née en 1900, dans un petit village de la Loire. Elle est institutrice et habite aussi aux Lilas. Pendant que Henri est chez elle, la police française et la Gestapo viennent perquisitionner son immeuble. Sans autre possibilité, elle le cache tout simplement derrière une tenture. Bien que la police visite son appartement, Henri n’est pas découvert.

A Drancy, Rose est préservée momentanément de la déportation en raison de la proximité de son accouchement. Marcelle PARET se met en rapport avec une sage-femme qui travaille à Drancy pour qu’elle fasse transférer Rose à l’hôpital Rothschild. Après la naissance d’Antoinette, le 3 octobre 42, Marcelle PARET réussit à faire sortir Rose et sa fille et les prend chez elle où réside déjà Henri.  Puis elle envoie toute la famille se cacher dans une maison qu’elle possède dans la Loire, à St-Pierre de Bœuf, où Henri, Rose et Antoinette, munis de faux papiers au nom de Durand, restent jusqu’à la Libération.

Après leur divorce, Henri vivra avec Marcelle et Rose vivra avec son beau-frère, dont la femme n’est pas revenue de déportation. 

Le 3 mai 2011,Yad Vashem-Institut international pour la mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Marcelle Paret.



Marcelle Paret et son père