Expert Marie

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12114A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Expert (née Ranque)
Date de naissance : 18/05/1867
Date de décès : 21/10/1951
Profession : Institutrice retraitée
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Chambéry
Département : Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 6 mai 2013
Lieu : Musée de la Résistance et de la Déportation - Grenoble (38000)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Madeleine Coleman (née Miltau)

Mme Jacheta Miltau (née Baumwall)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Léon et Antoinette Eyraud vivaient au Chambon-sur-Lignon. Au début de l'Occupation, Léon prit contact avec les réseaux français clandestins qui s'organisaient dans la région et se vit confier la responsabilité de leurs activités politiques et militaires. C'est ainsi qu'avec sa femme Antoinette il sauva de nombreux réfugiés juifs cachés dans le village. Ses activités le mettaient en contact avec de nombreux fugitifs et résistants juifs, comme par exemple Oscar Rosowsky. Ayant fui Berlin, le jeune homme était arrivé en France avec ses parents en 1933 et la famille s'était installée à Nice. En juillet 1942 son père fut arrêté et interné à Drancy, d'où il fut déporté à Auschwitz et y périt. Le 9 août 1942, Oscar fut arrêté à son tour et interné dans un camp de travail pour étrangers à Mandelieu près de Nice. Il s'en évada un mois plus tard et, avec sa mère, tenta de passer la frontière suisse. Sa mère fut prise et envoyée au camp de Rivesaltes. Lui-même réussit à franchir la frontière mais, refoulé par les autorités suisses, il dut rentrer à Nice. Avec deux Protestants de sa connaissance, il fabriqua de faux papiers qui permirent à sa mère de sortir du camp. Sur le conseil de ces amis, il gagna le Chambon et se joignit à un réseau clandestin opérant sur tout le plateau Vivarais-Lignon, qui aidait les réfugiés et fabriquait de faux papiers. Ce réseau était dirigé par Léon Eyraud, dont la maison servait de point de rencontre où se retrouvaient maquisards, toutes sortes de clandestins et réfugiés juifs. Léon et sa femme hébergeaient les réfugiés, subvenaient à leurs besoins et leur donnaient de faux papiers. Or la ville grouillait de militaires allemands et le couple courait donc de très grands risques, tant de par ses activités clandestines que de l'aide qu'il apportait aux Juifs.

Le 28 décembre 1987, Yad Vashem a décerné à Léon Eyraud et sa femme Antoinette le titre de Juste parmi les Nations.