Davaine Madeleine

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12125 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Madeleine Davaine
Date de naissance : 04/04/1905
Date de décès : 03/01/1988
Profession : Co-gérante d'une entreprise familiale
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Saint-Amand-les-Eaux
Département : Nord
Région : Nord-Pas-De-Calais
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 2 septembre 2012
Lieu : Espace Culturel Associé de Saint-Amand-les-Eaux (59230)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Jacqueline Hilf (née Dessau)

Mme Hélène Kleiner (née Dessau)

Mme Diane Smallberg

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Pendant la guerre, Madeleine Davaine habitait à Saint Amand les Eaux, pas loin de Lille dans le département du Nord. Elle dirigeait l’entreprise familiale pendant que les hommes se battaient sur le front. Sa maison faisait partie d’un ensemble d’immeubles que possédait sa famille où demeurait également son frère et sa femme ainsi que des employés de la société.

En octobre 1942, Madeleine Davaine accueillit Jacqueline Dessau née en 1929 et Hélène Dessau née en 1938, deux fillettes juives de Lille qui avaient besoin d’un lieu où se cacher. Quand la situation dans la région devint plus dangereuse pour les Juifs, leurs parents Israël et Sonia décidèrent de leur trouver des cachettes. Au début Jacqueline et Hélène restèrent dans une clinique à Saint Amand dont la Résistance protestante s’occupait, mais après deux nuits, une infirmière de la clinique emmena les filles chez Madeleine Davaine.

Madeleine Davaine, elle aussi, était active dans la Résistance. Elle s’occupa avec beaucoup d’amour des deux filles jusqu’à la Libération ne demandant aucune compensation financière. Elle agissait par pur humanisme envers le peuple juif.

Jacqueline and Hélène restèrent chez Madeleine Davaine jusqu’à ce que leur père vienne les rechercher. Hélène, qui était un bébé quand elle était arrivée, ne reconnut pas son père et la séparation avec Madeleine fut très difficile. Elle garda un contact étroit avec ses sauveurs pendant de nombreuses années.

 

Le 11mai 2011, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Madeleine Davaine.

 

Madeleine DAVAINE