Giribone François

Giribone Eléonore

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12170 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. François Giribone
Date de naissance : 03/04/1911
Date de décès : 26/02/1995
Profession : Artisan, peintre en bâtiment
Particularité : Information non disponible

Mme Eléonore Giribone (née Andreani)
Date de naissance : 21/03/1913
Date de décès : 22/05/1990
Profession : Sans profession, mère de 2 enfants
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Nice
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 5 avril 2012
Lieu : Villa Masséna - Nice (06000)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Marthe Kristeller (née Lévy)

Mme Mélanie Lévy

M. Daniel Lévy

M. Daniel Mayer

Mme Irène Mayer (née Lévy)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

François Giribone

Daniel et Mélanie Lévy ont quitté l’Allemagne en 1939 et viennent s’installer à Nice pour vivre avec leur fille Irène et son mari Daniel Meyer. Irène donne naissance en 1940 à une petite fille prénommée Suzanne. Marthe, la fille aînée des Lévy, née en 1913, vient rejoindre sa famille à Nice en 1940. Daniel Meyer tient à Nice un magasin de fournitures pour peintres en bâtiment et beaucoup de ses clients étaient artisans peintres.

En 1943, les Allemands remplacent les Italiens dans cette zone de la France. Irène et Daniel Meyer, devant le danger, décident de placer Suzanne âgée de trois ans dans un couvent près de leur magasin. C’est après l’avoir déposée qu’ils rencontrent Monsieur Giribone, un de leurs clients, à qui ils expliquent leur peur et les dangers qu’ils courent. Spontanément, Monsieur Giribone leur propose de les héberger ainsi que leurs parents et Marthe dans un atelier où il rangeait ses pots de peinture et qui se trouvait en face du domicile où il habitait avec son épouse et son fils Claude âgé de dix-huit mois.

La famille Lévy possédait des faux papiers au nom de Laurens et Marthe sortait pour les ravitailler. L’endroit étant fort exigu, c’était Madame Giribone qui leur faisait la cuisine. En novembre 1943, Marthe se souvient avoir aidé Madame Giribone à mettre au monde son deuxième enfant. En novembre, le temps devenant très froid, les deux familles ne pouvaient plus continuer à rester dans l’atelier. Marthe et ses parents, munis de faux papiers partent alors à Lavaur dans le Tarn. Irène et son mari Daniel et leur fillette Suzanne sont entrés en Suisse clandestinement et ont passé le reste de la guerre dans un camp de réfugiés à Finhaut près de Martigny dans le Valais.

Après la guerre, les familles ne se sont pas perdu de vue et ont toujours entretenu des relations d’amitié.

Le 20 Juillet 2011, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les nations à Monsieur François Giribone et son épouse Madame Eléonore Giribone.

Marthe Lévy Kristeller
1943 à Nice François Giribone sa femme Léo et leurs fils Claude 1947 à Nice François avec sa femme et leurs deux fils Claude l'aîné au mileu et Sylvain à droite avril 1941 François & sa future femme Eléonore dite Léo à Monte-Carlo Béatrice Mayer, Claude Giribone et Sylvain Giribone en 1958 Les Sauvés Pique-nique aux environs de Nice gauche à droite Daniel Mayer, amis, Mme Giribone en 1986